Je vais te manquer : Notre Critique

vendredi 29 mai 2009 - 12:28 | Showbizz
Il est de ces histoires qui vont et passent, des bouts de vies qui se recoupent et donnent de jolies petites choses. Voilà ce qui fait le charme de Je Vais Te Manquer, première réalisation de l’écrivain Amanda Sthers.
À première vue, cela commence comme une fable douce-amère, avec une histoire dramatique entre Carole Bouquet et ses deux filles. Puis, on se laisse porter par la présentation de tous ces personnages, totalement éclectiques, qui se rencontreront tous en l’espace d’une journée, à l’aéroport de Roissy.

D’abord, il y a Olivier, père célibataire que sa petite fille essaie absolument de caser, allant même jusqu’à lui apprendre comment mettre un jean slim et danser la tecktonik. Patrick Mille trouve içi un personnage qui lui va bien, attachant et touchant (comparé à ses autres rôles un peu machos). Il vit dans le même immeuble que Max, ancien psy joué par un Michael Lonsdale retrouvant un second souffle de vie lorsque son amour de jeunesse, doit débarquer du Québec.

Il croise alors un expert en brigade anti-terroriste, interprété par l’hilarant Frédéric Testot, fan de Jack Bauer et de 24 Heures Chrono, mais cachant un lourd secret concernant sa vie sentimentale. Lui, bousculera Lila, jouée par la pétillante Anne Marivin, jeune institutrice célibataire en partance pour le Canada, cherchant désespérément l’amour, aidé de ses trois copines.
Et le destin va s’en mêler ! Que ce soit pour des règlements de comptes, des histoires d’amour, ou de mort, on retrouve une palette d’artistes tous aussi attachants les uns que les autres.

Amanda Sthers réussit une œuvre chorale tragi-comique, nous transportant d’émotions en émotions, avec des clins d’œil destinés à la génération Sex And The City et Love Actually. On peut reprocher certains clichés cinématographiques, du fait que les romances s’entrechoquent dans un lieu favorable à la situation : un aéroport. Mais l’élément émotionnel, avec notamment cette très belle histoire entre une Carole Bouquet touchante et un Pierre Arditi, aigri et bourru, en fait un film drôle et émouvant.
Un « Patchwork » où chaque public y trouvera une inspiration particulière. Accompagné d’une superbe bande son composée par Sinclair, on en ressort ému et avec le sourire aux lèvres.

En savoir plus sur Je vais te manquer



=> Toutes les infos sur Je vais te manquer
=> Toutes les infos sur Amanda Sthers

Thibault de Brockhausen (Le 29 mai 2009)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter