Killer Joe : Cruel et savoureux (Test DVD)

jeudi 14 février 2013 - 18:29 | Showbizz
Nous sommes quelque part au fin fond du Texas. Où les crapules côtoient les dépravés et où la morale semble avoir décampé depuis bien longtemps.

Chris (Emile Hirsch) est l'un des petits dealers du coin. Mais Chris doit de l'argent à un gros caïd de la ville. Il a besoin d'argent, de beaucoup d'argent : 6000 dollars en tout. Il a alors une idée macabre et décide, avec son père, de tuer sa mère (jusqu'ici tout va bien) afin de toucher son assurance vie de 50 000 dollars. Mais Chris ne veut pas faire le boulot lui-même. On lui a parlé de ce type, Joe Cooper "Killer Joe" : un flic qui fait des "a-côtés", un tueur à gages très efficace.
Chris le veut, mais sans un sou, impossible d'avancer la paie de Joe. Le tueur a une idée : il y a Dottie (Juno Temple), la petite soeur de Chris. Elle sera la caution.
Mais en plus d'avoir une double identité de flic et tueur, Killer Joe est un redoutable manipulateur un peu (voire très) sadique...



C'est dans cette atmosphère corrompue que William Friedkin nous plonge. Et, immédiatement, on est dedans. Tirée d'une pièce du dramaturge Tracy Letts, devenu scénariste du film, Killer Joe est un quasi huis clos à la fois sombre et savoureux. Dans une ambiance confinée et tendue, on suit ces personnages tous autant pourris les uns que les autres (seule Dottie est épargnée), dont l'histoire est racontée avec un malin sarcasme.

D'une violence brute, Killer Joe choque autant qu'il séduit, grâce à une mise en scène parfaitement maîtrisée par William Friedkin, qui signe là probablement l'un de ses meilleurs films. De la superbe lumière au casting impeccable (dédicace à Matthew Mcconaughey - en pleine renaissance - dans le rôle titre), Killer Joe est une petite bombe cinématographique, après quoi vous ne verrez plus les ailerons de poulet de la même manière...



Les Bonus DVD

Deux éditions sont proposées :

- Dans l'Édition classique, vous trouverez une interview d'environ une demi-heure de William Friedkin principalement, avec quelques apparitions d'Emile Hirsch, Juno Temple et Matthew Mcconaughey. Le réalisateur revient sur le film et sa réalisation, et donne sa vision du cinéma en général, et en particulier de la violence au cinéma (il évoque d'ailleurs la question épineuse du port d'armes aux États-Unis). Joli bonus même si on aurait aimé en entendre un peu plus de la part des acteurs ou du scénariste et auteur de la pièce originale, par exemple.

- Dans l'Édition Spéciale Fnac, encore plus de Friedkin ! Le supplément proposé est la Masterclass du réalisateur au Festival du cinéma américain de Deauville où le film était présenté. Pendant une heure, le cinéaste parle avant tout de ses gros succès : French Connection, Police Fédérale, Los Angeles et bien sûr, L'Exorciste et évoque également ses inspirations (Buster Keaton et Alfred Hitchcock, en particulier) et une fois de plus sa vision de la violence au cinéma. Intéressant et instructif. Le cinéaste ne manque pas d'humour et sait rendre attractive sa leçon de cinéma.



=> Toutes les infos sur Killer Joe

Marie Devier (14 Février 2013)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter