La clôture d'un festival riche et haut en couleurs !

mardi 2 décembre 2008 - 09:15 | Showbizz
La 23ème édition du festival Entrevues s’est achevée dimanche. Avec plus de 20 000 visiteurs, cet événement a rendu un bel hommage au 7ème Art.

Samedi a eu lieu la remise des prix et la lecture du palmarès.
Le Grand Prix du long-métrage de fiction (Prix doté par la ville de Belfort et soutenu par le GNCR/Groupement National des Cinémas de Recherche) a été attribué au film Le Chant Des Oiseaux d’Albert Serra. Le Grand Prix du court-métrage français est allé à Hom (heart Of Mine) de Franck Vialle. Quant au Grand Prix du court-métrage étranger, il a été décerné à Love You More, très beau film « musical » de Sam Taylor-wood.
Le Prix Janine Bazin (prix d’interprétation doté par l'annuaire Bellefaye du cinéma et de l'audiovisuel) a été remis à Eleonore Hendricks, l’actrice de The Pleasure Of Being Robbed de Josh Safdie.

Le Grand Prix du long-métrage documentaire (Prix doté par le Conseil Général du Territoire de Belfort) a été attribué à Aka Ana d’Antoine D’agata. Le Grand Prix du court-métrage documentaire à Je Flotterai Sans Envie de Frank Beauvais.

C’est le long-métrage Je Ne Suis Pas Morte de Jean-charles Fitoussi qui a obtenu le Prix du film français.

En ce qui concerne les prix décernés par le public, celui du long-métrage de fiction a été attribué au Prince Of Broadway de Sean Baker. Le Prix du court-métrage de fiction est revenu à Love You More de Sam Taylor-wood. Quant au Prix du documentaire, c’est le court-métrage de Samuel Albaric, intitulé Gaza, Souvenirs qui l’a remporté.

Pour finir, le prix « One + One », doté par la SACEM, a été décerné à Pink d’Alexander Voulgaris. La mention spéciale est allée à Je Flotterai Sans Envie de Frank Beauvais.

Que de films à découvrir ! D’ailleurs, Darren Dean, producteur de Prince Of Broadway et présent à Belfort, a déclaré que le prix du Public décerné au long-métrage lui servira de moteur pour trouver un distributeur. Quant à Sam Albaric, le réalisateur de Gaza, Souvenirs, il a expliqué que faire des films n’était pas une mince affaire et qu’un prix de ce type marque une reconnaissance qui est, il faut le dire, dûment mérité.
Voilà un palmarès qui clôt un bel événement culturel, ouvert et accessible à tous. Parce que comme l’avait dit Etienne Butzbach, maire de Belfort et président d’Entrevues lors de la cérémonie d’ouverture une semaine plus tôt, « la culture, c’est l’élitisme pour tous ».

=> Toutes les infos sur Entrevues, Festival du Film de Belfort 2008

Caroline Carbel-Fortunée (2 décembre 2008)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter