Le Bruit des glaçons dans votre lecteur DVD

jeudi 13 janvier 2011 - 15:10 | Showbizz
Après 5 ans d’absence, et pour sa 20e réalisation, Bertrand Blier revient avec une comédie surréaliste : Le Bruit Des Glaçons. Film qui marque également la reformation du duo d’acteurs Jean Dujardin et Albert Dupontel, 6 ans après leur collaboration sur Le Convoyeur de Nicolas Boukhrief.

L’histoire en quelques mots : Charles est un écrivain qui a connu les plus grands succès, seulement depuis que sa femme l’a quitté, il se retrouve seul dans sa grande maison face à son alcoolisme et est incapable d’écrire une ligne. Un jour, son cancer (Albert Dupontel) décide de lui rendre visite pour « faire un petit peu connaissance... ».

A 71 ans, Bertrand Blier n’en a pas fini avec ses thèmes de prédilection : l’humour noir et la provocation. Dans cette comédie en huis clos, parce que OUI on peut parler d’une comédie, la cinéaste présente au spectateur une situation très humaine abordant les peurs et les désirs les plus primaires.
Comment réagit-on face à la mort ?
Ici Jean Dujardin est l’homme qui apprend qu’il est condamné par un cancer, conséquence de son addiction à l’alcool. Va-t-il arrêter la boisson ? Sûrement pas. On pourrait s’attendre à assister à la rédemption d’un homme face à ses pêchers, mais Blier préfère nous raconter comment Charles va cohabiter avec sa maladie, apprendre à mourir, et ce que celle-ci va changer chez lui, allant jusqu’à lui ouvrir les yeux sur ce qui est essentiel.

Ne tombant jamais dans la tragédie ou dans la comédie française potache que l’on connaît par cœur, le film est constitué d’une narration imprévisible à travers laquelle on se laisse facilement porter sans se poser de questions. Le film est finement écrit et l’on se délecte des joutes verbales entre comédiens. Dupontel est (plus que) crédible en cancer (en l’occurrence une tumeur au cerveau) collant et insupportable. Jean Dujardin parvient à faire transparaître la souffrance d’un homme abîmé par la vie, et qui va, malgré-lui, trouver l’espoir dans son désespoir, sauvé par l’amour (au sens propre comme au figuré).

Ce film, Blier le laisse vivre, dans une réalisation très classique, portée par ses acteurs, où le texte fait le reste. Et le charme opère.
Quand le film se termine, on a la sensation d’avoir assisté aussi bien à une leçon de vie que de cinéma.

Quant au DVD, à part la vidéo et le son de très bonne qualité, rien d’ extraordinaire, sinon le « Making-of », qu’on appellera plutôt bêtisier, puisque constitué de bouts de scènes « ratées » entre Jean Dujardin et Albert Dupontel (morts de rire). On trouve aussi une galerie (ou plutôt un montage) de photos. Et enfin un entretien avec Bertrand Blier qui, bourrant sa pipe dans un bureau, nous raconte la genèse du film et les difficultés rencontrées à produire une fiction qui parle du cancer. On y apprend notamment que le réalisateur envisageait Gérard Depardieu (dixit : « il y a toujours une tentation Depardieu ») pour le rôle de Charles, ou encore que l’idée du projet date de 20 ans.
On regrettera toutefois l’absence de commentaires audio et surtout la qualité des bonus qui, bien qu’attrayants, donnent l’impression d’avoir étés montés et réalisés par des étudiants fauchés.

Le Bruit Des Glaçons de Bertrand Blier – DVD disponible le 26 Janvier 2011

Audrey Soto (13 Janvier 2011)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter