LE CHAT CHAPEAUTE tire la ficelle du box-office US


Un mois avant Noël, la comédie familiale Le Chat Chapeauté est logiquement arrivée en tête des sorties américaines du week-end, marquant le box-office de sa patte. Il a engrangé 40,1 millions de dollars pour son démarrage en salles. Le film, adapté d'un conte pour enfants du Dr Seuss, met en scène une famille qui voit sa vision du monde totalement bouleversée par l'arrivée d'un étrange chat au chapeau magique, joué par le déjanté Mike Myers. Il était attendu outre-atlantique par des millions de rêveurs depuis des semaines. Malgré ce score fort honorable, Universal est un peu déçu et espérait faire mieux car le précédent film inspiré d'une histoire du même auteur, Le Grinch, avait rapporté 55,1 millions de recettes lors de son premier week-end d'exploitation en 2000.

Le chat magique creuse pourtant l'écart avec les films suivants, totalisant le double de recettes par rapport à Gothika, le thriller fantastique de Matthieu Kassovitz, qui arrive en seconde position avec ses 19,6 millions de dollars. La troublante Halle Berry attire une fois de plus les foules.

Elfe retombe cette semaine à la troisième place mais avec des recettes proches de celles de Gothika. Il reste l'invité surprise de ce box-office du mois de novembre.
Arrivent ensuite Master And Commander : De L'Autre Côté Du Monde, commençant à prendre l'eau et la comédie romantique anglaise, Love Actually, qui tire bien son épingle du jeu puisqu'elle se trouve à égalité avec Matrix Revolutions. Ce dernier continue sa descente vertigineuse, perdant encore au passage 59% de sa fréquentation en une semaine. Avec les 6,7 millions de cette semaine, il atteint non sans mal 125 millions de dollars, ce qui est loin des records du deuxième volet.

Les Looney Tunes Passent À L'Action, où personnages animés et humains se partagent la vedette, se place péniblement à la huitième place, n'arrivant pas à convaincre un public adulte et supportant mal la concurrence d'un CHAT CHAPEAUTE ou d'un Elfe.

Malgré la diversité des films proposés à l'affiche, le box-office américain fait grise mine car il n'a pas atteint les résultats escomptés ce week-end. Il fait 11% de recettes de moins par rapport à la l'année dernière, au cours d'une période dominée par les James Bond, Harry Potter et consorts. Un héros fort et marquant, c'est peut-être ce qui a manqué cette semaine dans les salles américaines. Reste heureusement la magie de Noël et du monde de l'enfance qui attire toujours les spectateurs dans les salles américaines.

E.C. (24 Novembre 2003)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter