Le gouvernement italien boycotte Cannes

samedi 8 mai 2010 - 15:45 | Showbizz
Le ministre italien de la Culture a décidé de ne pas se rendre au festival de cinéma de Cannes, en raison de la sélection de Draquila - L'Italie Qui Tremble, "film propagande" selon lui, sur la gestion par le gouvernement Berlusconi du tremblement de terre de L'Aquila.
Le ministre, Sandro Bondi, "a décliné l'invitation à participer au prochain festival de Cannes en exprimant son regret et son trouble" face à la sélection d'"un film de propagande, Draquila - L'Italie Qui Tremble, qui offense la vérité et le peuple italien dans son entier".


Draquila - L'Italie Qui Tremble, de Sabina Guzzanti, une imitatrice spécialiste de la satire politique, figure dans la sélection officielle, hors compétition et doit être projeté en "séance spéciale" lors du 63e Festival de Cannes (12-23 mai).
Selon des rushes non utilisés vus à la télévision, Sabina Guzzanti, grimée à l'image du chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, y dénonce, un peu à la manière du réalisateur américain Michael Moore, une mainmise d'hommes proches du pouvoir sur les projets de reconstruction de la ville.

Dans une interview au site internet Articolo 21, elle a expliqué qu'elle voulait montrer que "les habitants de L'Aquila sont restés sous la tente pendant six mois seulement parce que le gouvernement voulait faire voir le 'miracle' des maisons" remises en grande pompe aux sinistrés à partir de septembre dernier.
"Ce film est une réflexion sur la dérive autoritaire de ce pays", a ajouté la réalisatrice.

=> Toutes les infos sur Cannes 2010
=> Toutes les infos sur Draquila - L'Italie qui tremble

(8 mai 2010)

© 2010 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter