Le metteur en scène Patrice Chéreau est mort (MàJ réactions)

lundi 7 octobre 2013 - 22:13 | Showbizz
Patrice Chéreau, l'un des maîtres de la scène européenne depuis plus de quarante ans, au théâtre comme au cinéma ou à l'opéra, est mort lundi des suites d'une longue maladie à l'âge de 68 ans, a appris l'AFP auprès de ses proches.
Sa dernière mise en scène, "Elektra" de Richard Strauss, avait été ovationnée en juillet au festival lyrique d'Aix-en-Provence.


"Il était d'une vitalité extraordinaire jusqu'au bout", a déclaré à l'AFP Elisabeth Tanner, co-dirigeante d'Artmedia, l'agence artistique qui le représentait, confirmant son décès annoncé plus tôt par Libération.

Le directeur de l'Opéra de Paris, Nicolas Joel, qui a été l'assistant de Patrice Chéreau sur le fameux "Ring" de Wagner à Bayreuth en 1976, s'est dit "bouleversé".

"Il m'avait fait l'honneur de m'appeler auprès de lui comme assistant au Festival de Bayreuth pour le Ring du centenaire. Je garde de ce compagnonnage un souvenir ébloui qui ne fait qu'ajouter à l'émotion qui m'étreint ce soir", a-t-il déclaré à l'AFP.

Olivier Py, qui avait été "très soutenu par Patrice Chéreau" lorsqu'il avait été évincé de la direction du théâtre de l'Odéon en mars 2011, a fait part de "son immense tristesse".

"C'était un metteur en scène d'une grande culture, et d'une extrême délicatesse, traversé par une inquiétude, même après tout ce qu'il avait fait. J'ai adoré ses films, que j'ai vu adolescent, il faut dire que c'est aussi un très grand cinéaste, en plus d'une grand metteur en scène de théâtre et d'opéra", a-t-il dit.

Les réactions

La mort de l'homme de scène Patrice Chéreau, lundi, à l'âge de 68 ans, a bouleversé le monde du théâtre, de l'opéra et du cinéma, comme en témoignent les multiples réactions des hommes et des femmes ayant travaillé avec lui.

- Isabelle Adjani, actrice, interprète de La Reine Margot (dans Le Monde)
"Mon lien pour l'éternité avec Patrice Chéreau est La Reine Margot. Nous sommes tous en train de mourir et de nous en aller un peu chaque jour... Ses actrices le savent, le sentent... Valéria Bruni Tedeschi, pour moi, sa divine muse, Dominique Blanc incandescente dans la Phèdre que j'ai désertée, et Anouk Grinberg, irrésistible dans Le Temps et la Chambre, de Botho Strauss, où je ne suis pas entrée... Pardon, Patrice, je ne me suis pas rendue à ces deux rendez-vous que tu m'avais offerts car je te croyais éternel."

"Son regard, un des plus pénétrants que j'aie jamais croisés, et parfois si dur ou douloureux, m'hypnotisait, m'effrayait lorsqu'il dirigeait, alors qu'il me troublait et m'émouvait dans la vie".

"La première grande révélation de mon existence au théâtre fut sa mise en scène de La Dispute, de Marivaux, en 1973. Un moment de transport absolu. La dernière grande révélation de mon existence au théâtre fut Rêve d'automne, de Jon Fosse, en 2010, dans l'enceinte du Louvre"

- Pierre Boulez, compositeur-chef d'orchestre (Le Monde)
"Nous avons toujours collaboré avec beaucoup de passion. Patrice Chéreau est le seul metteur en scène - avec Peter Stein - avec lequel j'ai eu envie de travailler".

"Il y a eu le Ring, de Wagner, bien sûr, de 1976 à 1980, mais aussi Lulu de Berg en 1979 et pour finir, en 2007, De la maison des morts, de Janacek. Pour moi, ce qui fait la singularité de son travail est l'extrême précision avec laquelle il caractérise le moindre personnage. Cela tient souvent à un détail, mais qui prend alors une dimension humaine porteuse d'une incroyable émotion".

- Isabelle Huppert, comédienne (Le Figaro)

"J'ai tourné dans son film Gabrielle. Il avait une manière de pousser l'acteur très loin, il pouvait donner le sentiment qu'on travaillait pour la première fois. De lui viennent mes premières grandes émotions de spectatrice (Richard II, La Dispute, ses opéras, ses films...)"

"Il était enfantin et d'une certaine manière généreux. Il avait une intelligence, une vivacité, une conviction, une envie permanente".

- Jean-michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point à Paris (RTL)
"Quand je pense à Patrice Chéreau, la première chose qui me vient à l'esprit c'est un homme libre. D'abord un homme de théâtre, qui a probablement réinventé la mise en scène du théâtre en France. Probablement un des plus grands artistes de théâtre qu'on ait eu".

- Dieter Kosslick, directeur du festival international du film de Berlin (à l'AFP)
"Nous pleurons la perte d'un grand artiste, dont l'oeuvre empreinte de sensibilité et de diversité nous a fait chavirer et qui restera à jamais dans notre mémoire".

Patrice Chéreau avait reçu l'Ours d'or du meilleur film en 2001 pour Intimité, et remporté l'Ours d'argent du meilleur réalisateur pour Son Frère en 2003.

- Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
"Du Ring du centenaire, vision révolutionnaire de l'oeuvre de Wagner, de la Reine Margot, récit esthétique d'une fracture historique fondatrice, à l'Homme Blessé, image douloureuse de la différence, il laisse une oeuvre profondément humaniste, reflet des combats pour l'homme et pour la justice qui l'ont animé"

"Sa dernière mise en scène d'Elektra, à Aix-en-Provence cet été, témoigne de sa passion du texte, du jeu, du dialogue et de l'écoute"

=> Toutes les infos sur Patrice Chéreau

(8 Octobre 2013 - AFP)

© 2013 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter