Le Moine p(r)êcheur (test DVD)

mardi 22 novembre 2011 - 15:01 | Showbizz
Quelques mois après sa sortie dans les salles obscures, Le Moine sera disponible en DVD ce mercredi 23 novembre. Réalisé par Dominik Moll, le film est en fait une adaptation de l'oeuvre éponyme, publiée à la fin du 18ème siècle par Matthew G. Lewis.


Dans la très catholique Espagne du 17ème siècle, Ambrosio, un enfant, est abandonné à sa naissance sur les marches d'un monastère. Recueilli par la communauté, il est élevé et éduqué conformément aux préceptes du christianisme. Quelques années plus tard,on le retrouve dans la peau d'un prédicateur adulé. Les fidèles viennent de très loin pour écouter ses prêches et admirer, au passage, l'immense ferveur qui l'habite.

Très sûr de lui, il se croit protégé de l'influence de Satan et de ses tentations. Pourtant, l'arrivé au couvent d'un étrange novice va tout bouleverser. Le moine Ambrosio, interprété par le charismatique Vincent Cassel, ne va pas tarder à remettre en question ses certitudes, ce qui va infailliblement l'amener à succomber à la tentation. C'est ainsi qu'un désir enfouit au plus profond de son âme va se réveiller et atteindre son paroxysme jusqu'à devenir incontrôlable, attisé par deux femmes aussi troublantes que différentes (l'une est une sorte d'ange diabolique très charnelle, entreprenante, quand l'autre, très pieuse et réservée est plutôt l'incarnation de la pureté).


Voilà pour l'histoire. Concernant la forme, dès le début, on baigne dans une atmosphère lourde parfois pesante accentuée par le relatif isolement du monastère perdu au coeur d'une sierra proche de Madrid. La mise en scène se révèle réussie et parvient ainsi à recréer une ambiance très gothique (avec ses éclairages nocturnes, ses décors en pierre et son cimetière). Bien qu'une apparition surnaturelle se manifeste, on peut regretter qu'il n'y en ait pas plus. Le contraste est très saisissant avec l'intense lumière de la sierra aride, où se déroule quelques scènes, écrasées par la chaleur d'un soleil ardent.

Le rythme lent du début peut s'expliquer par la nécessité d'installer cette atmosphère. Pour y parvenir, le réalisateur s'amuse en n'hésitant pas à perdre le spectateur et entremêle deux intrigues tragiques tout en saupoudrant, au passage, l'ensemble d'une bonne pincée de surnaturel et d'une dose de tous les vices possibles se rattachant à la tentation (débauche, viol, inceste, meurtre). On peut également reprocher au film d'être parfois un peu trop implicite. Et que dire de la fin sinon qu'elle est décevante et beaucoup trop rapide ?


Le DVD

Et les bonus me demanderez-vous ? Et bien ma foi c'est vraiment pas mal du tout. On retrouve un making-of d'une bonne demi-heure qui revient sur le tournage de certaines scènes où se greffent des interventions de Dominik Moll et Vincent Cassel (on y apprend comment le réalisateur a mis en place son projet et comment Cassel s'est préparé pour épouser son rôle). Originalité, des documents de travail remarquables par leur qualité sont également disponibles, ils font un parallèle très intéressant entre le story-board et le résultat final, et dévoilent des dessins préparatoires qui vont de la représentation du cimetière au plan de la procession en passant par des détails architecturaux de certains décors (gargouilles, la croix...).


=> Toutes les infos sur Le Moine

Jean-Emmanuel Keller (22 Novembre 2011)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter