Les Dardenne, Almodovar et Kechiche contre la réforme fiscale dans le secteur du cinéma

lundi 4 novembre 2013 - 18:48 | Showbizz
Plusieurs réalisateurs européens, emmenés par les Belges Luc et Jean-Pierre Dardenne, ont appelé lundi la Commission européenne à "revoir sa position" concernant les nouvelles règles de financement du secteur du cinéma par les Etats, y voyant un danger pour la diversité culturelle.
La Commission européenne doit rendre publique courant novembre une nouvelle Communication sur le cinéma, modifiant les règles de territorialité qui s'appliquent au financement des films.

Alors qu'aujourd'hui, une région ou un État peuvent aider un film quelle que soit sa nationalité à condition qu'il soit tourné en grande partie sur son territoire, le projet de Bruxelles prévoit de réduire ce lien, au nom des règles du marché intérieur de l'UE.

Les frères Dardenne et plusieurs autres cinéastes européens soulignent dans un communiqué que les règles européennes en place depuis 2001 "ont fourni suffisamment de flexibilité" aux Etats-membres, sans susciter "aucune plainte et aucune distorsion" de concurrence.

"Nous demandons à la Commission et au commissaire chargé de la concurrence, Joaquin Almunia, (...) de revoir leur position, en particulier en ce qui concerne le critère de territorialité", écrivent ces 13 cinéastes, parmi lesquels l'Espagnol Pedro Almodovar, le Français Abdellatif Kechiche, l'Allemand Wim Wenders, le Britannique Ken Loach et le Danois Nicolas Refn.

Les Etats devraient pouvoir "déterminer les moyens par lesquels ils entendent permettre une diversité culturelle florissante" et "mener à l'avenir, avec le même succès qu'actuellement, leur propre politique culturelle en ce qui concerne le cinéma et la création audiovisuelle", poursuit le texte, également signé par les réalisateurs italiens Marco Tullio Giordana, Roberto Ando et Claudio Giovannesi, la distributrice italienne Laetitia Antonietti, et les réalisateurs belges Joachim Lafosse et Lucas Belvaux.

Cette prise de position commune exprime de "très vives préoccupations", soulignent les frères Dardenne.

Les professionnels du cinéma français, réunis fin octobre à Dijon, avaient eux aussi tiré la sonnette d'alarme, voyant dans cette modification prévue des règles de territorialité "un vrai danger" pour l'avenir du financement des films.

Si ces nouvelles règles entrent en vigueur, "peu à peu les Etats n'auront plus intérêt à soutenir leur cinéma", avait alors insisté la présidente du Centre national du Cinéma (CNC), Frédérique Bredin. "La Commission veut faire la même chose qu'avec l'exception culturelle, elle veut appliquer les règles du libre-échange à une industrie qui ne peut pas les supporter", avait renchéri la déléguée générale de l'ARP (auteurs, réalisateurs, producteurs), Florence Gastaud.

(5 novembre 2013 - AFP)
© 2013 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter