Les Histoires d’amour finissent mal…. En général !

Ah, l’amour ! Après tant de drames, de larmes, de films aux sujets lourds, sociaux, durs, quoi de mieux qu’une comédie musicale romantique pour nous remonter l’moral ? Certes, le film de Christophe Honoré n’est pas spécialement drôle, certes, l’histoire est très mélancolique, mais d’une telle beauté qu’on oublierait presque d’être triste. C’est d’ailleurs là tout le pouvoir de la musique, réussir à parler avec légèreté de choses graves, en transmettant néanmoins beaucoup d’émotions. Les Chansons D'Amour soulève ainsi des thématiques lourdes comme celles du ménage à trois, du deuil, de l’homosexualité. Le film a des airs de rite initiatique pour Ismaël (Louis Garrel), qui vit un véritable apprentissage dans l’expression de ses sentiments. Au-delà de l’amour, Honoré réussi à faire de son film une œuvre complète, avec ça et là quelques allusions parfaitement discrètes aux dernières élections. De même, le réalisateur nous offre une belle plongée dans le 10ème arrondissement de Paris où se déroule le film, quartier qui en devient même un personnage à part entière.

Le film d’amour, la comédie musicale, des grandes premières pour Christophe Honoré qui résume son ambition à une phrase d’Ismaël dans son film : « Je ne manque pas de bonnes raisons pour t’aimer mais je ne vois pas quelle raison te les donner. » Christophe Honoré : « C’était vraiment l’idée principale du film : des personnages très romantiques, à leur manière, mais tous dans une incapacité, une impuissance à exprimer leur sentiment aux autres. Et les chansons allaient vraiment être le lieu où ils pourront partager leurs sentiments. C’est autour de cette idée-là que le film s’est construit. Je n’avais jamais abordé le sentiment amoureux auparavant et on est toujours un peu méfiant par rapport à ça. On a peur d’être mièvre… »

Après avoir déjà présenté deux de ses précédents films à Cannes - 17 Fois Cécile Cassard à Un Certain Regard en 2002 & Dans Paris l’an dernier à la Quinzaine des réalisateurs – Christophe Honoré réussi plutôt brillamment son passage dans « la cour des grands »….
La comédie musicale est un exercice assez délicat au cinéma, notamment lorsqu’il s’agit d’un film français. Si François Ozon avait parfaitement réussi l’exercice il y a quelques années avec 8 Femmes, on ne peut s’empêcher en voyant le film d’Honoré de penser à celui de Jacques Demy, Les Parapluies De Cherbourg. La Palme d’or de 1964 fait en effet office de référence en matière de comédie musicale française… Et, drôle de coïncidence, Chiara Mastroiani (fille de Catherine Deneuve, vedette des Parapluies De Cherbourg) joue dans Les Chansons D'Amour… Autre coïncidence, ces mêmes Parapluies De Cherbourg sont projetés ce soir à 21h30 au cinéma de la plage…
Décidément, tous les chemins mènent à Cannes !

=> Voir toutes nos photos de la présentation du film à Cannes !

Amélie Chauvet (Cannes, 18 mai 2007)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter