Lovely Bones, la renaissance de l'ange (Test DVD)

jeudi 17 juin 2010 - 16:45 | Showbizz
Avant d’être envolé à l’écran par Peter Jackson à qui l’on découvre des talents de conteur poétique face à son King Kong d’antan, Lovely Bones est un récit d’Alice Sebold et considéré comme le roman de la décennie aux Etats-Unis.
Il fallait à ses mots, comme à l’héroïne aux allures d’ange qui fascine à l’écran (Saoirse Ronan), une adaptation merveilleuse que nos yeux se ravissent autant que notre imagination qui eut failli déborder.


Rien ne commence comme un scénario ordinaire. Il faisait un temps.
Nul argument commercial, mais jugement de valeur.
L’histoire d’un meurtre difficile à élucider ou comment se défaire du monde des vivants et de son cocon familial quand on se retrouve assassiné à 14 ans dans des conditions presque banales et sans raisons valables.
Les images défilant, une à une, dénoncent un deuil impossible, du côté des vivants comme de l’entre deux, monde où la petite fille va se trouver projeter et d’où elle regardera les siens.
De l’éternelle demande du « quoi après la mort », sans réponse concrète prouvée, il ne reste que le fantastique à développer, des images aux couleurs saturées, un au-delà à construire, un champs de tous les possibles.
C’est pourquoi du thriller aux courtes scènes de suspens haletant, on bascule à la narration rythmée, pleine d’allégorie et d’univers fantasmé, mais touchante d’une façon certaine.

Le film tangue donc d’un monde à l’autre entre univers onirique de Susie qui devient un spectre, et vie réelle dans une banlieue tranquille américaine aux grands pavillons. Les univers s’inversent. Il y a une vie au paradis tandis que la mort hante les vivants. Pendant que le père de Susie (Mark Wahlberg) s’entête à venger sa fille, on assiste au renoncement de la maman (Rachel Weisz) qui s’en va loin. Les deux enfants restés sont gardés par une mamie déjantée et alcoolique, étonnante Susan Sarandon, qui devient la seule pointe possible d’humour.


Du DVD, il est difficile de revenir. Un long moment est nécessaire. On ira tous au paradis, oui mais quand même…
Rien de tel que les suppléments qui affichent le journal intime de réalisation de Peter Jackson (uniquement disponible en blu-ray) pour vous en faire sortir rapidement si par malheur vous deviez vous en remettre à des activités terre à terre après visionnage.

Un DVD transcendant, tombé des cieux.

DVD et Blu-Ray disponibles à la vente le 15 juin 2010

=> Toutes les infos sur Lovely Bones

Chloé Cerroni (17 juin 2010)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter