Madonna est-elle si charitable ?

La chanteuse présentera à Cannes I Am Because We Are, un film qui discute de ses projets humanitaires au Malawi, d’où est originaire son enfant. Jusque-là, c’est génial tout va bien, la chanteuse semble émue par les problèmes de l’Afrique. Respect.

C’est peut-être la raison pour laquelle elle a été invitée par une autre blonde platine américaine Sharon Stone à la soirée de bienfaisance de l’amfAR (The American Foundation for AIDS Research), la fondation américaine de la recherche pour le SIDA.

Sharon Stone, en énergique et survolté commissaire-priseur avait permis la récolte de 5,2 millions d’euros où les artistes mettaient aux enchères des prestations inattendues – on me précise à l’oreillette qu’il ne s’agit pas de choses, enfin voilà, ne pas avoir les idées trop mal placées. N’importe qui peut y assister, mais les célébrités ou maisons de mode qui souhaitent y assister ont a débourser entre 40 000 et 150 000 dollars la table de 10 couverts suivant la proximité de la table à la scène.

Le rond de serviette individuel coûtera la bagatelle de 5 000 dollars.

Et Madonna, elle ne paye pas. Adjugez, vendu ! Ce n’est pas vraiment une tiers-mondiste cool mais pour faire bien blablabla, elle se présente à un des principaux rendez-vous de bienfaisance en Europe.

Euh, là je crois que le raccourci est un peu facile. D’abord, et à sa décharge, elle a été invitée et donc elle n’y peut pas grand-chose et un gala pareil, ce n’est pas si facile à refuser. Ensuite, notre correspondant sur place ajoute qu’il y a une « scène », avec des micros et des gros caissons de basses derrière pour envoyer du lourd. Alors il n’est pas improbable que la madone, après deux, trois coupes de champagnes se mettent à pousser la chansonnette. Ainsi, sa simple présence pourrait attirer du monde et donc des pépettes. Deuxième possibilité, il est aussi à prévoir que parmi les prestations offertes, Madonna fasse partie des « lots à louer ».

Ne jamais aller trop vite en besogne, donc, telle pourrait être la morale de cette histoire. Madonna est bel et bien une âme charitable, et si elle ne va pas au paradis, Michel Polnareff peut changer de lunettes et de coupe de cheveux, s’enfermer dans une ferme en Corse et produire du fromage qui pue.

F.B (Le 30 Avril 2008 – Avec AFP et notre correspondant sur place).

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter