Mike Leigh et Woody Allen au programme de ce samedi

samedi 15 mai 2010 - 19:30 | Showbizz
Homme du jour avec Woody Allen, le Britannique Mick Leigh a séduit les critiques, samedi à Cannes, avec son émouvant Another Year - Après le coup de théâtre provoqué par les accusations d'une actrice, l'affaire Polanski a nourri le buzz.

Palmarès

Au quatrième jour de la compétition, le film de Mike Leigh, Another Year, sur le sens de la vie, présenté samedi, a été longuement applaudi en projection de presse. Ni Tournée de Mathieu Amalric, avec ses attachantes strip-teaseuses, ni Chongqing Blues du Chinois Wang Xiaoshuai, ni The Housemaid du Sud-Coréen Im Sang-soo, n'ont connu un tel accueil depuis le début du Festival.

Pour les critiques français interrogés par Le Film Français, seul Tournée d'Amalric mérite la palme, mais c'était avant de découvrir le film de Mike Leigh. "The Housemaid" a été plébiscité par Première, La Croix, Télérama et L'Express, The London Evening Standard et le quotidien italien L'Unita, selon l'enquête de la revue professionnelle Screen qui place The Housemaid et Chongqinq Blues a égalité, devant Tournée.


Les hommes du jour : Woody Allen et Mike Leigh

Chacun à leur manière, Woody Allen et Mike Leigh ont invité les festivaliers à réfléchir sur la condition humaine et la fin inéluctable des existences. Woody Allen a présenté son nouveau film hors compétition You Will Meet A Tall Dark Stranger, une comédie sur l'intérêt d'entretenir le plus longtemps possible l'illusion de vivre. "Je suis contre la mort", a-t-il lancé devant la presse, estimant entre autres aphorismes fatalistes que "vieillir n'est pas drôle".

Mike Leigh, en compétition officielle avec Another Year, propose un délicat portrait d'un couple de Britanniques au crépuscule de leur vie, mais qui jouit paisiblement du quotidien. Le cinéaste britannique suggère qu'en chaque individu réside un "héros caché" aux prises avec une vie qui "ne nous gâte pas toujours". Pour lui, le défi est de conserver intacte sa capacité d'émerveillement devant l'existence.

Buzz du jour

Eclipsant parfois la compétition, le rebondissement de l'affaire Polanski a été dans toutes les conversations samedi. Les déclarations, la veille, de l'actrice britannique Charlotte Lewis accusant le cinéaste de l'avoir "abusée sexuellement" au début des années 80, alors qu'elle était âgée de 16 ans, ont conduit nombre de journalistes à solliciter sans grands succès des réactions des cinéastes. La veille, Michael Douglas avait refusé de signer la pétition en faveur de Polanski lancée par son ami Bernard-Henri Lévy. Gilles Jacob, président du Festival de Cannes, a estimé sur RTL que "personne n'est à l'abri des lois". "Ce n'est pas à nous -on ne connaît pas le dossier- ce n'est pas à nous de juger", a poursuivi Gilles Jacob.

De son côté, Woody Allen a estimé samedi à propos de l'affaire Polanski qu'il s'agissait d'une "histoire idiote" et que le réalisateur assigné à résidence en Suisse en attente d'extradition "a payé son dû".

"Je pense que toute cette histoire est idiote, çà ne rime à rien, c'est arrivé il y a de nombreuses années, il en a souffert", a-t-il déclaré sur RTL.

(15 mai 2010)

© 2010 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter