Nathalie Baye et François Cluzet au festival Premiers Plans d'Angers…

La 17e édition du festival Premiers Plans d'Angers, consacré aux premiers films européens, a démarré ce week-end sur les chapeaux de roues. Une sélection de qualité et une rétrospective Truffaut donnent tout son lustre à une manifestation qui prend chaque année un peu plus d'ampleur.

Hommage à François Truffaut en présence de Nathalie Baye
Plusieurs membres du jury de cette édition - Jacqueline Bisset et Claude Miller, coprésidents, ainsi que Claude Jade -, anciens collaborateurs de Truffaut, interviennent lors des projections de ses films pour les présenter au public. Nathalie Baye les a rejoints samedi pour évoquer, au cours d'une table ronde captivante, leurs débuts avec le cinéaste, qui lança nombre de jeunes talents. Des propos échangés ressortaient toute l'affection et le respect qu'ils portaient au maître, et tout le professionnalisme et l'amour des comédiens dont celui-ci fit preuve tout au long de sa carrière. Nathalie Baye présentait ensuite La chambre verte en rappelant que ce film, aujourd'hui considéré comme culte, fut incompris à sa sortie en raison de sa thématique jugée trop « morbide ».

Première lecture de scénario par François Cluzet
Les désormais fameuses lectures de scénarios étaient inaugurées cette année par François Cluzet, qui a lu dimanche, en compagnie de Mia Hansen-Löve, le premier scénario de long métrage de cette dernière devant un auditoire attentif. Exercice particulier que ces lectures, qui réclament du public une concentration sans faille afin de se représenter visuellement l'action décrite. François Cluzet, interprète d'un personnage principal particulièrement torturé, confiait d'ailleurs à son issue : « C'est un peu délicat, de lire un scénario. Je me suis dit, je vais laisser l'émotion venir… Mais tout à l'heure, j'avais un peu tendance à la rattraper, parce que je me demandais sinon comment ça allait finir ! »

Une sélection de qualité
Les projections de films, premiers courts et longs métrages de jeunes réalisateurs européens, laissaient quant à elle augurer d'une sélection de très bonne tenue. Ainsi le long métrage projeté samedi soir, L'Enfant endormi, de la Belgo-marocaine Yasmine Kassari, s'intéresse-t-il à la vie des femmes attendant au Maroc des nouvelles de leurs maris, partis travailler clandestinement en Europe. Entre travail de la terre et drames quotidiens, entre courage et révolte, un film sobre et puissant, tout simplement remarquable. Du côté des courts métrages, les bonnes surprises viennent souvent des films d'écoles d'Europe de l'Est, qui évoquent généralement les changements à l'œuvre dans les sociétés ex-communistes depuis l'introduction du capitalisme. Souvent drôles, ces films n'en sont pas moins touchants, parfois décapants : ainsi Roomservice, venu de Pologne, quasi huis-clos entre un jeune garçon d'étage et les propriétaires de l'hôtel où il travaille le soir du réveillon - le champagne aidant, les fissures du couple se révèlent, et l'on se demande quelles en seront les conséquences pour le jeune homme…

=> Retrouvez toutes les infos sur le 17e Festival Premiers Plans Angers 2005

Arnaud Claes (Angers, Janvier 2005)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter