Paul, rencontre du troisième geek (critique)

mardi 1 mars 2011 - 17:03 | Showbizz
Paul, tout comme les deux films précédents de Simon Pegg et de son acolyte Nick Frost, est une comédie qui s'amuse avant tout à mélanger et à brouiller les frontières entre les genres cinématographiques.

Pour le coup, la séquence d'ouverture est digne des plus grands films de science-fiction : une fillette voit son chien (Paul, d'où le nom de l'extra-terrestre) écrasé par la soucoupe volante qui atterrit dans son jardin, à grand renfort de musique à suspens et d'éclairage mystérieux...
...et on enchaîne aussitôt avec la visite au Comic-con des deux compères Graeme Willy (Pegg) et Clive Gollings (Frost), deux grands gamins dans ce paradis des geeks.

Vous l'aurez compris, cette fois Pegg et Frost, après avoir revisité le film de zombies (Shaun Of The Dead) et le film d'action (Hot Fuzz), s'attaquent au film de science-fiction. A cette occasion, le duo s'investit à part égale dans le film, les deux acteurs cosignant le scénario et partageant l'affiche, la réalisation étant confiée à Greg Mottola (Supergrave).
Et pour corser le tout, les deux Britanniques ont également écrit leur aventure sous la forme d'un road-movie à travers les Etats-Unis et les sites emblématiques de l'ufologie.

Le pitch : alors que nos deux amis arpentent tranquillement le sud des Etats-Unis, ils tombent sur Paul, un extra-terrestre pourchassé par le FBI.

L'élément clé dans la réussite du film est justement cette rencontre, entre Pegg et Frost tout à leur flegme britannique, et Paul, alien blasé et nonchalant, "incarné" par un Seth Rogen très en forme (l'acteur lui prête sa voix, mais a également inspiré sa démarche). Tout l'humour du film réside dans ce contraste entre deux Anglais très policés et un alien complètement déjanté à la limite du vulgaire.

La force comique de Paul vient aussi de la galerie de personnages secondaires et guest stars, dont les contributions loin d’être artificielles, sont réellement intégrées dans la trame de l'aventure. Une mention spéciale à Jane Lynch, dont l'apparition est très courte mais flamboyante, et à Sigourney Weaver, qui a bien eu raison d'accepter ce clin d'oeil à sa carrière dans le cinéma de science-fiction.

Et justement, en plus d'être très drôle, le film est ultra-référencé et rend un hommage appuyé à ses illustres prédécesseurs. On trouve, dans le désordre, des allusions à Star Wars, Star Trek, X Files - Aux Frontières Du Réel, E.t. L'Extraterrestre, Alien, Predator, Rencontres Du Troisième Type. C'est un film de science-fiction, fait par des amoureux de science-fiction, et leur enthousiasme est plutôt communicatif.

Côté intrigue ça tient la route, avec un rythme assez soutenu, des rebondissements astucieux, et des scènes d'action tout à fait crédibles. Quant au style visuel, il est des plus fluides, bénéficiant d’une animation parfaitement maîtrisée, qui réussit à faire de Paul un personnage à part entière.

Un très bon divertissement donc, qu'apprécieront en particulier les geeks et autres fans de science-fiction.

Raphaël Pasquier (1er Mars 2011)

=> Toutes les infos sur Paul

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter