Petite leçon de cinéma d’Oliver Stone à Cannes…

La désormais traditionnelle leçon de cinéma cannoise a cette année été donnée par le cinéaste américain Olivier Stone. Devant plus de 500 spectateurs, celui-ci est revenu sur son travail, ses influences, et nous a même livré quelques petits secrets de fabrication…
Le réalisateur a commencé par évoquer de l'origine de sa vocation
"J'ai été marqué par SUR LES QUAIS d'Elia Kazan (1954), pour le noir et blanc, LA DOLCE VITA de Federico Fellini (1959) et A BOUT DE SOUFFLE de Jean-Luc Godard (1960) dont j'ai admiré le montage, comme une nouvelle Littérature." (…)
"Ma mère, française, adorait un cinéma sentimental. Mon père était lui plus rationnel. Les discussions étaient rudes à la maison".

Des extraits du film TUEURS NES, sur un couple de jeunes tueurs en série, sont projetés, laissant une ambiance quelque peu étrange dans la salle...
"Ce n'est pas typique de mon œuvre. Généralement, je montre une violence plus réaliste. Ce film est né d'une saturation de la violence à la TV. On ne peut pas dire que ses scènes soient réalistes, c'est comme Kubrick dans ORANGE MECANIQUE."

Amélie Chauvet (22 Mai 2003 - Avec l’AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter