Portrait d’une jeune vidéaste d’une chance insolente !

Lucie Barut, 21 ans seulement et la chance unique et extraordinaire de travailler avec deux des plus grands cinéastes et documentaristes actuels, Walter Salles (Avril Brisé ; Central Do Brasil) et Gianni Mina. Elle a été seconde caméra sur la partie " Chili " du tournage de Travelling With Che Guevara de Gianni Mina, un voyage initiatique et une opportunité professionnelle qui a façonné son caractère et lui a insufflé la volonté de continuer dans la voie qu’elle a choisie...

À l’origine, il y avait un documentaire et un film…
Il y a environ 50 ans, Alberto Granado et son ami Ernesto Guevara, le Che, partent ensemble en moto à la découverte de l’Amérique latine. Ils traversent l’Argentine, le Chili, la Colombie et le Venezuela. Cette excursion, symbole de liberté pour les deux hommes, a inspiré à Walter Salles un film : The Motorcycle Diaries.
Gianni Mina, grand journaliste, connu dans le monde entier pour ses interviews avec de très grandes personnalités, réalise, quant à lui, un documentaire sur le film de Walter Salles et sur le voyage du Che et de son ami Alberto Granado.
Le documentaire fait toujours le lien entre ce que raconte Alberto et les scènes correspondantes, filmées par Walter Salles, tout en apportant un autre regard, peut-être plus vrai sur l’histoire des deux voyageurs.

Le fabuleux destin de Lucie Barut
Son BTS Audiovisuel spécialité Image en poche, Lucie Barut s’oriente vers une carrière de cadreur / éclairagiste. Elle se définit comme une autodidacte " J’ai énormément appris sur le tas " et tant mieux… Son authenticité et son vécu se ressentent d’autant plus qu’elle n’a pas peur de s’expatrier, de sortir du cocon francophone pour, comme elle le dit, connaître de nouvelles cultures tout en continuant la vidéo. Elle décide de partir après ses études pour l’étranger " J’ai toujours été fascinée par l’Amérique du Sud, mes recherches se sont donc naturellement orientées vers ce continent ". C’est la production Parox, au Chili, qui décide de lui faire confiance, Lucie Barut sera seconde caméra sur la partie Chili du documentaire de Gianni Mina.
Caméra au poing, elle fait en quelque sorte le making of du documentaire, " J’étais chargée de capter ce qui pouvait échapper à la première caméra, celle de Roberto Girometti, lorsque plusieurs actions avaient lieu simultanément ".
Pendant deux semaines, Lucie Barut parcourt le Chili, de Santiago à Valparaiso en passant par Temuco, sur les traces laissées il y a très longtemps par Alberto Granado et le Che. Des moments forts et surtout une nostalgie ambiante marque la jeune fille " Alberto Granado nous racontait quand et comment, lui et le Che, étaient arrivés à tel ou tel endroit, leurs rencontres…Il avait tant d’anecdotes à partager ! "
C’est à Temuco, que l’équipe documentaire de Gianni Mina rejoint l’équipe fiction de Walter Salles. Alberto Granado, toujours présent, conseille alors le cinéaste sur certains détails de l’histoire, de son histoire avec le Che. Pendant une dizaine de jours, les deux groupes se côtoient. Même si leur travail est différent de celui de la fiction, Lucie affirme qu’ils avaient tous un but commun : " nous voulions retracer le plus fidèlement possible cette incroyable escapade ".

Une chance inouïe
Lucie savoure chaque instant qu’elle passe aux côtés de Gianni Mina, de Walter Salles et de Alberto Granado. Elle acquiert la certitude que là se trouve son destin " J’ai acquis plus de confiance professionnelle et l’envie de poursuivre dans le documentaire " . Lucie veut faire ses preuves et reste toujours très concentrée sur le travail qu’on lui demande, soucieuse de faire des images qui plaisent à Gianni Mina et la récompense sans égal de le voir satisfait. Le réalisateur n’a pourtant pas dû être rassuré de voir une jeune fille de 21ans débarquer lors du premier jour de tournage… Lucie est à la hauteur de ses espérances et malgré sa jeunesse, elle tente toujours de prendre du recul pour mieux apprendre, comprendre et surtout avancer. Leur collaboration est une réussite " Je pouvais voir immédiatement si mes initiatives étaient bien reçues ! ".
Soixante ans de différence et une pêche incroyable, Alberto Granado ne cesse de l’étonner. D’une incroyable générosité, toujours à l’écoute et disponible malgré les fortes émotions et les longues journées de travail, il donne au documentaire toute son émotion et sa richesse.
Lucie ne pourra jamais oublier les moments très poignants qu’elle a eus la chance de vivre aux côtés d’Alberto, lorsque celui-ci se remémorait les péripéties du voyage avec le Che.

Gianni Mina et Walter Salles ont su créer deux chefs d’œuvre : le long-métrage THE MOTORCYCLE DIARIES et le documentaire TRAVELLING WITH CHE GUEVARA. Lucie trouve, finalement, que la fiction et la réalité se complètent bien, " Je pense que les deux films permettent de sortir des clichés et fantasmes entourant le mythe du Che. C’est avant tout, une aventure humaine qui est contée là, celle de deux amis ".

Un avenir prometteur pour cette jeune vidéaste qui a su s’imposer en gardant sa personnalité.
On ne peut que lui souhaiter bonne chance !

Sohini Gogel

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter