Pourquoi Logan est-il le plus beau rôle de Hugh Jackman ?

vendredi 24 février 2017 - 13:10 | Showbizz
Le 1er mars prochain, Logan sortira enfin dans les salles et constituera la dernière apparition de Hugh Jackman en tant que Wolverine. Un rôle qui lui colle à la peau, et très certainement le plus beau de sa carrière.



L'aboutissement de quinze années de carrière

Wolverine, c'est avant tout le rôle qui a fait décoller Hugh Jackman au cinéma, dès le début des années 2000 avec le tout premier volet de la saga X-men réalisé par Bryan Singer. L'acteur a ensuite eu le privilège de tourner avec d'immenses cinéastes au cours de sa carrière. On se souvient notamment de son rôle dans Australia de Baz Luhrmann aux côtés de Nicole Kidman, de son face-à-face magistral avec Christian Bale dans Le Prestige de Christopher Nolan, ou encore de sa prestation dans la comédie musicale Les Misérables de Tom Hooper, dans la peau de Jean Valjean.

Wolverine, c'est avant tout cinq apparitions dans la saga principale X-Men mais aussi une série de spin-off, dont Logan constitue le dernier opus. Pour l'occasion, Hugh Jackman retrouve James Mangold, qui avait déjà réalisé Wolverine : Le Combat De L'Immortel.

Dans une interview au site Screen Rant, l'acteur a pourtant annoncé qu'il aurait possiblement accepté un cross-over avec les Avengers si l'opportunité s'était présentée : "Si l'on m'avait fait cette proposition au moment où j'ai pris ma décision, j'aurais probablement pris le temps de réfléchir. [...] Honnêtement, je n'aurais sûrement pas déclaré qu'il s'agissait de mon dernier film. Mais ça semblait être le bon moment pour faire mes adieux au personnage."



Un film beaucoup plus violent et viscéral

Si Deadpool plaçait déjà la barre haute en se voulant plus violent que ses prédécesseurs en raison de son humour absurde et décomplexé (jusqu'à être interdit aux moins de douze ans en France), Logan le dépasse amplement et s'impose désormais comme le film Marvel le plus brutal jamais réalisé. Hugh Jackman a même accepté que son salaire soit réduit pour que le réalisateur James Mangold bénéficie d'une liberté artistique accrue et puisse ainsi faire un film "Rated R".

Les scènes d'action de Logan sont bien plus gores que ce que l'on a pu voir dans tout film X-Men. Les têtes et autres membres volent, le sang coule à flots, les empalements et impacts de balle s'accumulent... Toute violence est viscérale dans Logan, sans pour autant être totalement gratuite : elle sert le sujet du film, dans lequel le héros, de plus en plus fragile, lutte pour sa survie. Les mutants ne sont plus, Wolverine et le Professeur X sont les seuls survivants des X-Men et se savent constamment traqués. Dans la scène d'introduction du film, Logan préfère même prendre une balle plutôt que de voir sa propre voiture abimée ! Et lorsque l'on voit la jeune X-23 décimer à elle seule une dizaine de soldats, on se dit qu'il vaut mieux ne pas la chercher...

Par ailleurs, le Centre national du cinéma (CNC) vient de décider que le film de James Mangold serait interdit aux mineurs de moins de douze ans, avec avertissement, tel que Deadpool. Soyez prévenus !



L'humain fait face à son statut de héros

Le film de James Mangold se veut bien plus intimiste que ses prédécesseurs et resserré au plus près de son personnage, héros déchu et retranché du monde. Épuisé de fatigue, Logan s'occupe d'un professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière mexicaine. Tout bascule lorsqu'une jeune mutante (Dafne Keen) se retrouve face à lui.

Wolverine doit faire face à sa fragilité et apprendre à vivre comme les autres, en voyant ses pouvoirs perdre peu à peu leur impact : le personnage apparaît plus humain que jamais, une caractéristique qu'il cherche pourtant à repousser le plus possible en ne voulant pas s'attacher à qui que ce soit.

Logan prend donc l'allure d'un road movie resserré sur ces trois personnages qui représentent tout bonnement le mythe de la saga X-Men : Wolverine et Xavier, les héros d'antan, doivent affronter leurs souvenirs et passer la main à une nouvelle génération de héros (et d'acteurs, initiée dans X-men : Le Commencement). Les X-Men ont beau avoir disparu (l'intrigue se déroulant en 2029), ils subsistent encore dans le coeur des gens et dans la culture populaire, tout comme le rôle de Wolverine continuera à nous toucher.

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com



Gabin Fontaine (24 février 2017)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter