Prison, calme & volupté… un vent poétique souffle sur la Croisette !

Entre Michael Moore, U2 et les Frères Coen, beaucoup de festivaliers ont dû zapper la présentation en compétition du film sud-coréen Souffle hier à 16h… Mais ne vous inquiétez pas, à Commeaucinema, nous ne ratons rien. Voici donc tout spécialement pour vous nos impressions sur un beau film asiatique…

Si le réalisateur sud coréen Kim Ki-duk vient pour la première fois sur la Croisette, il n’en est pas à son premier film, loin de-là. Il est en effet devenu un cinéaste asiatique très en vue, remarqué notamment pour ses œuvres Samaria ou Locataires.
Présenté aujourd’hui en compétition officielle, son nouvel opus, Souffle, est une œuvre poétique, alliant douceur et violence pour une histoire d’amour comme les autres. La jalousie, le pardon, l’espoir & la passion, tels sont les quatre mots qui résument au mieux ce film hors norme. Quatre thématiques traitées par le cinéaste à la manière d’un tableau, où les personnages viennent se fondre dans chaque plan dessiné minutieusement. A l’univers austère et ultra épuré de la cellule, contraste celui totalement déjanté du parloir redécoré de manière très insolite.
Au premier abord, le film peut rebuter, paraître ennuyeux et sans intérêt. Mais très vite, le cinéaste réussi à nous captiver, à nous transporter dans un souffle poétique, le tout avec très peu de dialogues mais des images très fortes. Il donne à son œuvre une grande force dramatique avec de magnifiques scènes, parfois insolites, parfois poignantes.
Un beau film intimiste… Mais peut être un peu trop…

Amélie Chauvet (Cannes, le 20 mai 2007)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter