Réactions en chaîne au rejet d'Hadopi

vendredi 10 avril 2009 - 14:14 | Showbizz
Suite au rejet surprise du projet de loi « Création et Internet » (comme le prouve la casserole du dernier numéro du Film Français, annonçant avant tout le monde son adoption par le Parlement), les réactions des professionnels de la culture et de la politique ne se sont pas faites attendre.

Alors que l’UMP dénonce « une petite manœuvre » de l’opposition, les professionnels de l’industrie musicale et des auteurs expriment tous la même indignation depuis hier après-midi. À commencer par la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), qui parle de rejet « aussi inattendu qu’incompréhensible », attendant « des pouvoirs publics comme des parlementaires, des gestes clairs et des décisions rapides, afin de mettre un terme à la dégradation majeure des revenus subie par les auteurs depuis cinq ans et d’assurer la légitime et nécessaire compensation des pertes de la filière musicale ».

Même son de cloche du côté du directoire de Virgin Stores, selon qui « les députés confirment qu’ils veulent la mort de nos magasins et la fermeture des plateformes de téléchargement légal en France ».

Le Syndicat national de l’édition phonographique (SNEP, maisons de disques) et l’Union des producteurs phonographiques français indépendants (UPFI) s’indignent quant à eux du rejet d’une loi « indispensable à la survie de la diversité culturelle en France. ». Argument confirmé par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), la société des auteurs et Auteurs-Réalisateurs-Producteurs (ARP) et la Société des auteurs multimédia (SCAM), demandant, à l’instar des éditeurs de musique, que « la représentation nationale réagisse au plus vite ».

Olivier Valette (Le 10 Avril 2009)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter