Saint Tropez devient la capitale du cinéma australien pour une semaine !

Voilà, c’est parti. Le petit village de Saint-Tropez redevient pour toute la semaine le meilleur ambassadeur en France, voire en Europe du cinéma australien et néo-zélandais... Et c'est en direct de la côte méditerranéenne que notre envoyé spécial de choc nous offre un beau p’tit voyage… aux antipodes du cinéma !
La 8e édition des rencontres internationales du cinéma des antipodes vient en effet d’être déclarées ouvertes par le député-maire de Saint-Tropez Jean-Michel Couve et par le président du festival Bernard Bories. Pour cette première journée de festivités, l’événement annuel de l’automne tropézien n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière. Le rendez-vous était donné à 18h30 au Lavoir Vasserot pour le vernissage de l’exposition numérique intitulée « Mouvement perpétuel ». Tout de suite après s’inauguré l’autre exposition à la salle Jean Despas. Une expo photos ou plutôt deux expos photos : Rhonda Thwaite et Pauline Daniel nous proposent deux beaux regards sur l’Australie.
Mais le festival des antipodes, s’il aime toutes les formes de cultures, est avant tout un festival de 7e art. C’est donc de l’autre côté de la place des Lices qu’a continué la soirée, au cinéma La Renaissance.

Au programme The eye inside, un magnifique court métrage de 14 minutes signé Cordelia Beresford, fille du président du jury du festival Bruce Beresford. Le film pourrait être défini comme un drame psychologique semi-expérimental. Il nous mène dans le huis-clos d’un hôpital psychiatrique parisien de la fin du 19e siècle où une adolescente est enfermée et sert de cobaye aux expériences de son médecin. Un film très sobre, magnifiquement bien joué et avec une photographie vraiment à propos. Une vraie claque !

Puis c’est le retour du long métrage d’ouverture, le film est d’ailleurs en compétition ; car pour la première fois, une compétition de films de l’année vient s’inscrire dans le programme du festival. Irresistible avec Susan Sarandon et Emily Blunt est un thriller psychologique situé dans la haute bourgeoisie australienne. C’est un de ces films dans il est difficile de parler sans dévoiler un ou des rebondissements. Contentons-nous de dire qu’entre folie et vengeance, le film voyage dans le subconscient. Si on trouve quelques procédés techniques, créateurs de tension, un peu faciles, il faut reconnaître que le film marche à merveille, surtout grâce à la prestation de ses deux comédiennes.

Il ne restait plus qu’à boire (avec modération) quelques coupes de vin – australien, bien sûr – accompagnées de quelques petits fours pour conclure à merveille cette première journée, sans excès. Car demain (mardi) la journée commence tôt, 9h30 dans la salle pour découvrir le premier programme de court métrages des antipodes de la sélection.

=> Voir toutes les infos sur les 8ème Rencontres Internationales Du Cinéma Des Antipodes De Saint-tropez 2006

Pablo Chimienti

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter