Samy Naceri passe à nouveau par la case justice

Le plus célèbre des chauffeurs de taxi marseillais va peut-être être contraint de repasser le permis. Samy Naceri comparaissait, en effet, lundi, au parquet de Paris devant le tribunal correctionnel pour conduite dangeureuse et violence routière.

Huit mois d'emprisonnement avec sursis, 4 000 euros d'amende ont été requis contre l'acteur qui est également sous la menace d'une annulation de permis, demandée par le procureur, et d'une interdiction d'une durée de deux ans avant de pouvoir le repasser. La défense, quant à elle, réclame 20 000 euros de dommages et intérêts pour les victimes et le versement d'un euro symbolique à la Ligue contre la violence routière.
Samy Naceri est accusé de multiples infractions pénales : mise en danger d'autrui, violences avec arme, excès de vitesse, violences ayant entrainé une incapacité totale de trois jours, dégradation volontaire de véhicules et refus de se soumettre au test d'alcoolémie. La réquisition apparaît donc modérée aux vues de ce cumul.

Les faits qui sont reprochés à l'acteur de 41 ans remontent à plus de deux ans. Le 14 octobre 2000 au matin, celui-ci circulait dangeureusement sur le boulevard périphérique parisien afin d'arrêter une Volvo qu'il pensait occupée par des paparazzi. Une fois le véhicule immobilisé, il a brisé la vitre mais les victimes, trois polonais, abasourdis mais terrifiés, en ont profité pour prendre la poudre d'escampette. L'acteur les a cependant rattrapés au niveau de la porte de Bagnolet et s'est mis à en frapper un violemment.
Selon les témoins, Naceri était un véritable "fou furieux" ; ce que reconnaît l'accusé. "J'ai donné plein de coups de poing au visage et des claques, avoue-t-il, (…) je suis complètement d'accord, j'ai commis une erreur".
Toutefois, la notoriété, la verve et la sincérité du comédien de la trilogie des Taxi ont donné un ton léger et décontracté à l'audience.
Délibération du jugement le 16 juin.

L'acteur est pourtant déjà bien connu de la justice : en septembre 2001, il avait été condamné à 1 mois de prison avec sursis et 3 000 euros de dédommagements pour des injures proférées à l'encontre d'une hôtesse de l'air. Quelques après, il avait été mis en cause dans une affaire de possession de stupéfiants.

V.B. (20 mai 2003)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter