Steven Soderbergh veut un Che en deux parties

Le réalisateur Steven Soderbergh a fait savoir qu’il souhaiterait que son film Che, un docufiction fleuve de 4h28, soit séparé en deux parties pour en faire deux films distincts.

« Ce que je voudrais faire, a ajouté le cinéaste, c’est diffuser le film en entier pendant une semaine dans les salles, puis le segmenter. Pour moi, ce serait un événement. » Mais les distributeurs ont déclaré qu’il serait mieux de le segmenter dès le départ, comme ils l’avaient fait pour le Grindhouse de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez qui avait donné Grindhouse - Boulevard De La Mort et Grindhouse - Planète Terreur. À noter que Soderbergh était d’abord favorable à la diffusion des deux parties ensemble, comme il fut le cas à Cannes lors de l’avant-première, avec un entracte.

Rappelons que Che retrace le destin du très populaire Ernesto « Che » Guevara. La première partie du film évoquant l’insurrection réussie qu’il a menée à Cuba, la seconde faisant référence à la révolte ratée qui a suivi en Bolivie.

En ce qui concerne la longueur peu ordinaire de son film, Steven Soderbergh a déclaré que « si l’on veut mettre les choses dans leur contexte, il faut du temps » Il a également répondu à ses détracteurs qui auraient aimé voir un biopic avec « une structure plus conventionnelle » : « Je trouve ça hilarant d’entendre des gens dire de certains films qu’ils sont trop conventionnels. Parce que lorsque des films justement peu conventionnels sortent, ils semblent s’ennuyer. »

Il aura fait couler de l’encre ce diptyque ! N’empêche que Benicio Del Toro, l’acteur qui s’est passionnément mis dans la peau du Che, a obtenu le prix d’interprétation masculine dimanche à Cannes.
Une belle récompense pour l’acteur principal d’un film jugé trop long et pas assez conventionnel…

C.C-F. (Le 26 mai 2008 - avec The Hollywood Reporter)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter