Studios américains dans le Sud : De Toulouse à Ariège

mardi 5 février 2013 - 20:28 | Showbizz
Le promoteur du projet de créer les plus vastes studios de tournage en France a décidé de renoncer à mener à bien son entreprise dans l'agglomération de Toulouse et de se reporter sur une petite ville ariégoise administrée par une figure du tourisme, André Trigano, a-t-il indiqué mardi.
Bruno Granja rêve depuis des années de créer un complexe de studios avec le concours d'un grand nom de l'industrie cinématographie américaine, Raleigh, qui revendique le rang de premier exploitant de studios de cinéma indépendants aux États-Unis.

Mais le dossier, qu'il a monté pendant des mois pour racheter des terrains d'une ancienne base aérienne dans la banlieue toulousaine, a été rejeté le 4 décembre par l’État, pourtant en quête d'argent frais.

Pamiers, 15.000 habitants, dirigée depuis 1995 par André Trigano, le frère du cofondateur du Club Méditerranée et créateur lui-même de la Compagnie internationale André Trigano, s'est rapidement déclarée candidate à l'installation de ces studios qui créeraient à terme 5.000 emplois directs, selon M. Granja.

Celui-ci a dit mardi accepter l'offre de Pamiers, à 45 minutes et 70 km au sud de Toulouse par l'autoroute. Les conditions ne sont plus réunies pour réaliser le projet sur la base aérienne de Francazal, a expliqué M. Granja à l'AFP.

La ville est prête à lui vendre 23 hectares déjà aménagés sur une zone d'activités où il n'y aurait ni démolition ni dépollution à conduire, à la différence de Francazal. A Pamiers, M. Granja mènerait une opération totalement privée et ne traiterait plus avec l'Etat. "Les choses s'annoncent beaucoup, beaucoup, beaucoup plus simples", a-t-il dit à l'AFP.

Le projet (neuf studios couverts, un plateau extérieur, tous les services nécessaires au cinéma ou à la télévision et des activités "d'entertainment" pour le grand public) est transposable à Pamiers au prix de quelques aménagements, a-t-il ajouté.

Raleigh continue à la soutenir, a-t-il assuré. Et puis il ne cache pas avoir été séduit par la "vision entrepreneuriale" de M. Trigano.

Ce dernier est le fondateur et aujourd'hui président du conseil de surveillance de la Compagnie internationale André-Trigano (48 campings en France, Espagne et Italie, 550.000 vacanciers par an, 248 salariés fixes, 1.200 en saison).

Avec la prudence de mise, M. Trigano s'est montré confiant dans l'avancement d'un projet qui a rencontré beaucoup de scepticisme dans la Région et dans la profession, mais qui a aussi trouvé des soutiens. Il souhaiterait que les studios soient opérationnels fin 2014. M. Granja parle de 2015.

(5 Février 2013 - AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter