Super 8 : SF high tech... en mode vintage (test Blu-Ray)

mardi 6 décembre 2011 - 16:59 | Showbizz
Été 1979, une petite ville de l’Ohio.
Alors qu’ils tournent un film en super 8, Joe (dont la maman est morte quelques mois plus tôt) et sa bande de potes sont témoins d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Mais il ne s’agit pas d’un simple accident. Et si la vérité était ailleurs ?



Tribute to Amblin

Chaussez vos vieilles tennis, troquez votre lecteur mp3 pour un Walkman, enfourchez vos VTT et – surtout – replongez dans vos plus vieux (et vos plus beaux souvenirs) de cinéma, car si, comme nous, vous faites partie de la génération X (ça marche aussi pour la Y) biberonnée aux films de chez Amblin Entertainement (ceux de Steven Spielberg en tête, mais également de Joe Dante, Robert Zemeckis ou Richard Donner), le Super 8 de Jeffrey J. Abrams risque de vous toucher en plein cœur.

Comment, en effet, ne pas reconnaître un nouvel Elliott (E.t. L'Extraterrestre) en Joe ? Comment ne pas repenser - avec une excitation toute juvénile – aux Goonies ? Comment ne pas se remémorer avec émotion notre premier contact avec Rencontres Du Troisième Type (qui, bien qu’antérieur à la création d’Amblin, marque la société de sa puissante empreinte) ? Dès les premières images de Super 8, les hommages pleuvent, malins et culottés, les réminiscences se bousculent (tel plan convoque les Gremlins, tel autre Jurassic Park et même Poltergeist !) et le voyage dans le temps (nostalgique) du souvenir s’opère.



Cependant, il serait injuste de réduire le film de Jeffrey J. Abrams à un catalogue de clins d’œil, sorte de happening geek à la gloire de Steven Spielberg (d'ailleurs producteur exécutif du film). Car, au-delà des influences respectueuses et de l’hommage assumé à une époque où le cinéma était aussi accessible qu’auréolé de magie, Super 8 est un vrai blockbuster humaniste, visuellement maîtrisé et racé.
Reprenant à son compte des recettes anciennes, mais diablement efficaces (le groupe de copains, la famille abîmée, le complot gouvernemental, la créature/victime, etc.), le papa de Lost tisse son intrigue, y mêlant ce qu’il faut de mystère et d’effets spéciaux pour créer un film résolument moderne.

Non, décidément, Super 8 n’a à rougir ni de son sentimentalisme, ni de son esbroufe visuelle… De même que nous ne nous excuserons pas de prendre un tel pied en (re)visionnant le film !



Le Blu-Ray

ALERTE CADEAU DE NOËL ! En ce pluvieux mois de décembre, vous êtes peut-être en plein brainstorming pour les fêtes de fin d’année. Ça tombe bien, la sortie Blu-Ray de Super 8 pourrait vous sauver la mise.
On commence par une petite mise en bouche avec les commentaires audio de Jeffrey J. Abrams, Larry Fong et Bryan Burk (tous les trois plutôt en forme, Spielberg pourra en témoigner), suivie d’un rapide visionnage des scènes coupées.
Une fois échauffés, on se plonge dans la série de sept passionnants reportages dévoilant les coulisses du film (du casting des gamins à la musique, en passant par la création de la créature), avec quelques perles telles que The Dream (qui nous entraîne tout droit dans les vieux cartons d’ado du réalisateur et de ses potes) ou Redécouvrir une ville industrielle (démontrant que le Septième Art peut conserver un visage humain).
Pour finir, les cinéphiles les plus curieux pourront se jeter dans l’exploration de l’incroyable scène du train à travers plus de 70 modules (extraits de storyboard, interviews, vidéos de tournage, etc.) !

=> Toutes les infos sur Super 8

Eléonore Guerra (6 Décembre 2011)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter