Terry Gilliam vous entraîne de l'Autre côté du miroir

dimanche 24 mai 2009 - 18:34 | Showbizz
Ce n'est pas un scoop, Terry Gilliam a été - il y a bien longtemps déjà - surnommé le "Chat noir de Hollywood". Il n'y a qu'à jeter un oeil sur certains des pires événements de la carrière de l'ex Monty Python : de l'échec cuisant du surdimensionné Les Aventures Du Baron Munchausen au tournage apocalyptique de sa version mort-née de Don Quichotte (souvenez-vous de Lost In La Mancha), on a souvent murmuré la fin du bonhomme.
Pourtant, lorsqu'il annonce, en octobre 2007, le lancement de son nouveau projet pharaonique - L'Imaginarium Du Docteur Parnassus - on a envie d'y croire, encore une fois. Terry Gilliam aux commandes d'un film à mi-chemin entre Faust et Alice au Pays des merveilles ? On demande à voir !
Malheureusement, en janvier 2008, la réputation de Gilliam se confirme encore une triste fois : Heath Ledger, son acteur principal, est retrouvé mort dans sa chambre. Outre le drame humain bien sûr, on ne peut s'empêcher d'entendre sonner le glas de la carrière du réalisateur de Brazil.

Mais c'est mal connaître Terry. Loin de se laisser abattre par ses financiers, Gilliam relance la machine et n'embauche pas un, mais trois acteurs (Jude Law, Johnny Depp et Colin Farrell) pour prendre la relève de Ledger. La pirouette est tellement gonflée qu'elle pourrait réussir !
Mai 2009, on découvre enfin le film à Cannes, hors compétition, aussi curieux que nerveux. On est derrière toi Terry !

Mesdames et messieurs, ouvrez grands vos yeux et osez pénétrer dans l'imaginaire du Docteur Parnassus, sorte de matérialisation cinématographique de Terry Gilliam himself. Mythologie fantastique sans limites, personnages à double-fond, intrigue foisonnante : le film est une véritable déclaration d'amour à l'Art de raconter des histoires, sans tabous, sans barrières, sans peur.
Cette fable sur la puissance de l'esprit balaye toutes nos attentes d'un sublime revers de rêve et on retrouve enfin le Gilliam débridé de la grande époque. Si on ne peut en dire plus sans trahir les effets du magicien réalisateur, on ne peut que remercier le festival de nous l'avoir (r)amené.

Tout savoir sur L'imaginarium du Docteur Parnassus et le Festival de Cannes...



=> Toutes les infos sur Cannes 2009
=> Toutes les infos sur L'imaginarium du Docteur Parnassus

Eléonore Guerra (Paris, le 24 Mai 2009)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter