The Human Centipede : Buffet froid (test DVD)

vendredi 14 octobre 2011 - 16:50 | Showbizz
Imaginons : en plein road trip à l'étranger vous êtes kidnappé par un ancien médecin qui fait de vous le cobaye de son fantasme chirurgical. L'espace d'une intervention, vous vous retrouvez bouche cousue au derrière d'une autre personne qui est elle aussi liée à un autre individu et ainsi de suite. Relié par un seul et même tube digestif, vous ne faites désormais qu'un avec ces étrangers (dont vous n'avez jamais songé être aussi proche) et formez alors un vrai "mille-pattes humain".



Le pitch donne déjà la nausée. Et pourtant, c'est ce qui arrive à Lindsay et Jenny, deux américaines qui ne s'attendaient pas à ce que leur virée en Europe prenne un tel tournant. Les deux amies, captives du barré Dr. Heiter, se retrouvent réduites à l'état de bête, formant avec Katsuro, un autre prisonnier, ce dérangeant mille pattes.

Même si l'idée du film écoeure, on se demande d'ailleurs où Tom Six (le réalisateur) est allé la chercher, on reste curieux de savoir comment elle a pu être adaptée à l'écran. Alors oui, les trois personnages sont bel et bien reliés la bouche de l'un au derrière de l'autre (le réalisateur assure que le film est chirurgicalement à 100% vrai) mais pas de gore, pas d'intervention sanglante, pas de scato,...
Ce n'est pas tant l'image qui choque mais assurément la malsainité, atmosphère première du film.
Le Dr. Heiter déteste les êtres humains, il aime la création. Alors, après l'échec de sa première tentative, quand il avait assemblé ses trois chiens (scène pathétique et ridicule qui ouvre le film où on le voit pleurer devant une photo des trois bêtes) il se met en quête de relier cette fois ci des êtres humains.
Une fois son mille-pattes constitué, il prend un plaisir sadique à l'assujettir.

Tom Six, déjà en promo pour The Human Centipede 2, défend son film en expliquant qu'un film d'horreur se doit d'être horrible. Soit.
Mais le problème avec The Human Centipede est que tout y est horrible y compris la mise en scène. Même si Dieter Laser incarne parfaitement ce chirurgien frustré, le reste est risible et ne permet pas de croire une seule seconde à cette histoire. Le climat est aussi froid que le bloc opératoire de ce psychopathe allemand et empêche une quelconque empathie pour les personnages.

Ceux qui auront apprécié le film (s'il y en a) seront comblés par les bonus DVD. Interviews, casting, making of, scènes coupées, de quoi continuer le cauchemar.



=> Toutes les infos sur The Human Centipede

Zoé-Alice Klein (14 Octobre 2011)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter