Toutes nos envies, la mort... et après ? (Test DVD)

vendredi 16 mars 2012 - 12:04 | Showbizz
Claire (Marie Gillain), est une jeune juge au tribunal de Lyon. Mariée et maman de deux enfants, elle a une vie des plus tranquilles, jusqu'au jour où elle apprend qu'elle est atteinte d'une tumeur au cerveau. Elle va mourir, ce n'est qu'une question de - très peu de - temps. Son regard sur le monde et sur les autres va alors changer, et sa rencontre avec Céline (Amandine Dewasmes), une jeune mère célibataire criblée de dettes, puis avec Stéphane (Vincent Lindon), juge chevronné et désenchanté, va tout faire basculer.

Toutes nos envies


Librement inspiré du roman D'Autres vies que la mienne d'Emmanuel Carrère, Toutes Nos Envies, nouveau long-métrage de Philippe Lioret (Welcome, Je Vais Bien, Ne T'En Fais Pas), attaque de front deux thématiques sensibles, à la fois terriblement actuelles et pudiquement universelles : le surendettement et la maladie. Deux sujets qui finissent d'ailleurs par se recouper dans une réflexion sur l'engagement personnel de chacun envers les siens et la société.

Claire est condamnée, pourtant elle choisit de se taire afin de préserver son entourage et de se concentrer sur l'"après". Confrontée à sa propre mort, elle va refuser de pleurer pour se lancer à corps perdu dans la préparation de son "départ". Que va-t-elle (leur) laisser ? Qui prendra sa place auprès de ses enfants et dans les bras de son mari ? Cette trajectoire peut en laisser perplexe plus d'un : Trop occupée à révolutionner les lois et à choisir sa remplaçante (en tant que mère et que femme), elle finira par s'éloigner des siens qui, de surcroît, ne savent rien de son état de santé. A vrai-dire, ce parti-pris (pas forcément une mauvaise idée mais légèrement mélo), pourtant moteur du film, plombe sensiblement la réflexion de Lioret sur le deuil de soi.

Ce n'est cependant qu'un moindre mal car le véritable intérêt du film est ailleurs. En effet, c'est dans sa chronique sociale - quelque peu désenchantée - d'un système de consommation destructeur que Toutes Nos Envies fait véritablement son effet. Abordant le fléau des crédits à la consommation à travers trois regards contradictoires (le point de vue juridique, le point de vue commercial des organismes de crédit et le point de vue presque naïf des souscripteurs), le cinéaste braque sa caméra sur le drame ordinaire des faillites de particuliers. Confrontée en plus à la tragédie humaine de Claire et Céline, cette criminalité silencieuse - qui ne semble pourtant intéresser personne mis à part les principaux intéressés - trouve alors
une tribune efficace. Le message fait mouche.



Le DVD

Petite sortie dans les bacs pour un film pourtant intéressant. Ainsi, à côté du long-métrage de Philippe Lioret, vous n'aurez droit "qu'à" une galerie photos de Toutes Nos Envies, une bande-annonce et un making-of d'une vingtaine de minutes. Module clairement promotionnel (notamment du côté d'un casting qui se regarde légèrement le nombril), ce making-of offre tout de même la parole à un réalisateur rare, et ça, c'est toujours agréable.

=> Toutes les infos sur Toutes nos envies

Eléonore Guerra (16 Mars 2012)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter