Un bon cru pour le marché du film de Cannes 2005

Tandis que toutes les lumières étaient, du 11 au 22 mai, braquées sur le palais des festivals de Cannes et son tapis rouge, un autre événement important se déroulait au sous-sol : le Marché International du Film (MIF) où plus de 900 films sont projetés pour les professionnels. Ces 10 jours de tractations commerciales entre producteurs et distributeurs ont montré que le cinéma français était apprécié dans toutes les langues. Premier producteur européen avec 764 films tournés en 2004, le 7e art est en bonne santé dans l'hexagone, les producteurs français ayant vendu leurs films facilement.
Ainsi, Joyeux Noël présenté hors compétition le 16 mai, a été l'objet de toutes les convoitises. C'est finalement Sony Classique qui a séduit Films Distribution, déboursant plusieurs millions de dollars pour obtenir les droits d'exploitation du film aux Etats-Unis, Royaume-Uni, Amérique du sud et en Italie. Le film très apprécié des festivaliers bénéficiera donc d'une promotion et d'une exploitation digne d'une grosse production hollywoodienne. Une bonne année pour Films Distribution qui a vu plusieurs contrats se finaliser, dont le film en cours de tournage Lady Chatterley de Pascale Ferran vendu aux Japonais, Un Fil À La Patte ou encore L'Esquive bénéficiant de l'effet César.
Les 8 minutes de projection du film Les Chevaliers Du Ciel ont permis à Pathé de vendre les aventures des pilotes Marchelli et Vallois sur la quasi-totalité des territoires asiatiques et européens. Sortie prévue le 9 novembre 2005. Roissy film ont quant à eux signés avec une douzaine de pays, dont le Benelux, l'Italie, l'Allemagne, deux de leurs productions les plus attendues L'Entente Cordiale, une comédie d'espionnage au budget de 18Me avec Christian Clavier et Daniel Auteuil ; et les retrouvailles des anciens du Splendid prévues pour le 1er février 2006 avec Les Bronzés Amis Pour La Vie.
Studio Canal n'est pas en reste, puisque seul les Etats unis et la Grande-Bretagne n'ont pas encore de distributeur pour accueillir dans leurs salles Anthony Zimmer et Les Poupées Russes.
Malgré un léger recul ces dernières années, une fois passé l'effet AMELIE POULAIN, le cinéma français semble retrouver ses galons aux yeux du public étranger.

S.R. (Le 26 mai 2005)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter