Un cinéma pour malvoyants et malentendants à Paris

Le cinéma parisien L'Arlequin (6ème ardt.) a inauguré hier soir un projet pilote dont l’objectif est de permettre aux malentendants et malvoyants d'avoir accès au septième art. Ainsi, deux salles ont été équipées de systèmes proposant des projections avec sous-titrage et audio-description (des casques individuels proposent en voix off la description des actions, en complément des dialogues).
La première séance, qui a eu lieu en présence du maire de Paris Bertrand Delanoë et de son adjoint à la Culture Christophe Girard, proposait en avant-première le dernier film d'Agnès Jaoui Comme Une Image (prix du meilleur scénario à Cannes).
"Dans un cinéma parisien, les personnes ayant un handicap sont enfin traitées comme les autres", a expliqué M. Delanoë à l’AFP. Malika, 40 ans, dont le fils de 18 ans est sourd, est ravie de cette initiative : "Je trouve ça très bien, car mon fils aime le cinéma"
"L'idée est de sensibiliser le monde du cinéma à la problématique du handicap sensoriel afin qu'il se rende compte qu'il existe un public qui veut se déplacer dans les cinémas et voir autre chose que des films américains sous-titrés", a expliqué pour sa part Christophe Girard.

L'audio-description et le sous-titrage, qui représentent un coût de 7.500 euros par film, ont été pris en charge par la mairie de Paris. Un partenariat à hauteur de 20.000 euros a par ailleurs été monté avec la société Dolby pour l'équipement des salles en casques infra-rouges.
Une séance quotidienne à 18H00 est prévue en semaine à compter de mercredi, ainsi que deux séances quotidiennes le week-end.

A.C. (22 septembre 2004 – Avec AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter