Un weekend à Deauvillle...

Le 29ème festival de Deauville s'est ouvert vendredi sur une note militante. Avant le lever du rideau, sur la scène du Centre International de Deauville, deux intermittants du spectacle, introduits par des membres de l'organisation, ont pris la parole. Une fois de plus, ils ont exprimé leur opposition à la réforme de leur régime spécifique d'indemnisation du chômage. Reçu tout d'abord par un public compréhensif, ce dernier s'est peu à peu impatienté.

Une fois ces préléminaires passés, le spectacle a débuté avec le film qu'Harrison Ford venait présenter, Hollywood Homicide, une comédie policière de Ron Shelton. L'acteur américain, premier VIP accueilli cete année à Deauville, n'en est pas à sa première visite puisque c'est la septième fois qu'il se rend au festival. L'an dernier c'est le film de Kathryn Bigelow, K-19 qu'il était venu défendre.

Samedi, la musique noire américaine des années soixante qui inonde le documentaire Standing In The Shadows Of Motown de Paul Justman, faisait vibrer le festival. Couronné par trois grammies, le film est prévu pour les salles obscures françaises fin novembre. Le film est un hommage aux musiciens anonymes de la "soul", sans qui les musiques de Diana Ross, Marvin Gay ou encore Stevie Wonder n'auraient pas été les mêmes. "Je tenais à rendre justice à ces musiciens qui ont été oubliés par le public, le temps pressait, plusieurs d'entre eux sont déjà mort", confie le réalisateur à l'AFP.

Dimanche, lors d'un déjeuner décontracté dans le restaurant d'un palace de Deauville, Roman Polanski recevait des mains d'Harrison Ford l'Oscar du meilleur réalisateur pour Le Pianiste, qu'il n'avait pas pu aller chercher le 23 mars dernier. L'acteur américain, ami du cinéaste, s'était chargé de le lui prendre en attendant de le lui remettre le plus rapidement possible. Roman Polanski ne pouvant en effet pas se rendre aux Etats-Unis où il est recherché pour une affaire de détournement de mineure remontant à 1977.

Ce weekend, les festivaliers ont pu également découvrir en avant-première les projections des films American Pie 3 : Marions-les ainsi que Le Divorce, de James Ivory

T.N. (8 septembre 2003).

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter