Venise 2005 : Lion d'or pour Ang Lee ! Palmarès & retour sur la fin du festival...

VENISE, LE PALMARES 2005

Lion d'or du meilleur film : Brokeback Mountain du cinéaste taïwanais Ang Lee
Un film de Ang Lee, avec Heath Ledger, Jake Gyllenhaal
Sortie en salles le 11 Janvier 2006
Été 1961 : entre le Wyoming et le Texas, l'histoire d'amour de deux hommes, l'un propriétaire de ranch et l'autre spécialiste de rodéo.

Coupe Volpi du meilleur acteur : David Strathairn dans Good Night And Good Luck de George Clooney
Coupe Volpi de la meilleure actrice : Giovanna Mezzogiorno dans La Bestia Nel Cuore
Lion d'Argent-Grand prix du jury : Mary d'Abel Ferrara (Etats-Unis)
Lion d'Argent-Prix de la mise en scène : Les Amants Réguliers de Philippe Garrel (France)
Lion du Futur-Prix de la meilleure première oeuvre : 13 (Tzameti) de Gela Babluani
Lion spécial d'interprétation : Isabelle Huppert pour Gabrielle
Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune espoir : Ménothy César pour Vers Le Sud

----------------------------------

Comme toutes les belles choses, le festival de Venise a une fin. Une conclusion banale me direz-vous mais il est bien difficile de mettre à plat toutes ces émotions après cette semaine vénitienne endiablée. Un peu de flash-back ne nous fera pas de mal.

Hier, vendredi, la journée a débuté avec la projection du dernier film italien en lice, La Seconda Notte Di Nozze, de Pupi Avati. La photographie du film rend hommage au cinéma traditionnel italien mais le traitement se révèle tout autant vieillot que le sujet qui se passe à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le film passera très vite aux oubliettes des discussions de festivaliers.
The Constant Gardener de Fernando Meirelles fait frissonner les fans du film de George Clooney qui craignent alors que le favori de la compétition ne se fasse détrôner par le réalisateur de La Cité De Dieu. Ralph Fiennes et sa partenaire Rachel Weisz se montrent plus amoureux que jamais lors de la séance de photocall où ils s'échangent même un baiser fougueux. De Ralph Fiennes semble se dégager ici à Venise une sorte de bonheur tranquille, de sérénité.
Est-ce dû à la présence de la belle Rachel Weisz (adulée par nos photographes italiens sous le charme) ou plutot à la beauté du film auquel il a contribué. On rappelle ici que The Constant Gardener est non seulement un thriller captivant qui se passe en Afrique, mais c'est surtout une histoire d'amour décryptée. Le soir, sur le tapis rouge, Ralph Fiennes étreint avec tendresse sa partenaire et se met à jouer de son parapluie devant un parterre de photographes conquis. « I'm singing in the rain ! »…
L'hommage à Miyazaki est particulier dans la salle de conférence de presse de ce vendredi.
Les journalistes se prosternent devant lui et ce dernier semble formuler des réponses plus énigmatiques et courtes que jamais. Ce décalage me plait ainsi que l'éternelle « j'espère avoir répondu à votre question. » Le charme et le mystère de la politesse japonaise.

Le lendemain soir, à 18 heures, la salle de conférence de presse est quasi vide. Un grand écran diffuse la retransmission de la cérémonie de clôture. Les animateurs italiens meublent comme ils peuvent l'attente de la distribution des prix. Petit à petit, les primés arrivent. Ang Lee, George Clooney, Abel Ferrara, etc.
Comme ces derniers, on ne sait pas encore qui va remporter le Lion d'or mais on sait déjà qu'ils repartiront tous avec quelque chose. A Venise, le suspense est sophistiqué.
George Clooney entreprend un marathon de la signature d'autographes à l'entrée de la cérémonie. Les conquêtes se font par milliers, évidemment. Son acteur principal, David Strathairn vient d'arriver, tient tient…

Puis, par la magie intrinsèque de Venise, tous les primés sortent du grand écran pour nous rejoindre et célébrer leur victoire. Good Night And Good Luck cumule deux prix (celui de l'interprétation masculine et celui du meilleur scénario). George Clooney est visiblement sur un petit nuage, ce qui ne l'empêche pas de saluer le travail des journalistes, et en particulier, ceux qui risquent leurs vies pour nous transmettre la vérité.
Quelques instants plus tard, je lui transmets la mienne, personnellement : « Grazie mille, signor Clooney. Good bye and Good luck ! »

Grazie mille, me répond « Le Lion de Venise ». Ce n'est pas la récompense officielle du festival puisque c'est le valeureux Ang Lee, revenu tout spécialement de Toronto pour brandir le Lion d'or. Mais c'est la nôtre, celle du public et des journalistes à qui George Clooney a rendu ici un hommage sincère.

=> Voir toutes les photos du festival
=> Voir notre site spécial Venise 2005

Laetitia Heurteau (Venise, le 9 septembre 2005)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter