Y a-t-il un président pour sauver les intermittents ?

Week-End bien mouvementé pour tous les cinéastes en colère et autres intermittents en grève. Toute une ribambelle de délégués rageurs après leur face à face raté avec le Ministre de la Culture ont multiplié les manifestations, les boycotts, et les interventions télévisuelles -des petits mots récités lors de l’émission de Drucker sur France 2 à ceux déclamés alors que Benjamin Castaldi partait à la recherche de la nouvelle star.

Ce week-end fut donc l’étalage, par tous les moyens, de ce mécontentement engendré par les réformes proposées par Jean-Jacques Aillagon. Un ministre de la Culture qui a reçu à deux reprises des délégations d’artistes et de responsables culturels.... Sans autre résultat que de fortifier la grogne des intéressés. "Nous demandons à M. Chirac et à son gouvernement d'avoir la même audace, philosophique, politique et donc sociale, qu'il a eue il y a quelque mois quand il a tenu tête à George Bush."
La guerre a donc bel et bien été déclarée.
Le cinéaste Luc Leclerc, persuadé que ce protocole d’accord ne résoudra rien au problème du déficit, a également pointé un doigt rageur vers les "énormes bataillons de l'audiovisuel" qui, selon lui, usent de ce système et en pervertit totalement l'esprit. "Que ces gens se mettent aussi autour de la table, les grands employeurs, les grands producteurs qui produisent la télé-réalité, les soap-opera, les jeux, qu'ils posent leurs revendications de gros employeurs, de dizaines de milliers de personnes."

Le clou du week-end reste sans aucun doute cette marche funèbre à laquelle ont participé plus d’un millier de personnes, organisée dans le cadre du 31e Festival international du film de La Rochelle. Les manifestants, habillés en noir, ont défilé en silence dans les rues de la ville derrière " le cercueil de l’exception culturelle " dans lequel avaient été jetés pêle-mêle instruments de musiques, pellicules de films et masques de théâtre. Histoire de protester une nouvelle fois contre la politique gouvernementale actuelle en matière de culture… Le Festival d’Avignon essuiera –t-il lui aussi les foudres des intermittents ?

A.M. avec AFP (07 juillet 2003)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter