Youssef Chahine tiraillé entre l’Egypte et les Etats-Unis

La prochaine œuvre de l’Egyptien Youssef Chahine trouvera-t-elle un titre ? " La colère ", " La rage au cœur " et " Alexandrie/New-York " ont été évoqués. Le cinéaste a jusqu’à novembre pour se décider.

Le film en question a été tourné entre New York et Le Caire à la suite du grand bouleversement provoqué par les attentats du 11 septembre 2001. Chahine désirait exprimer l’incompréhension et l’hostilité des Arabes face à la politique internationale des Etats-Unis, que ce soit l’amalgame " Arabes-terroristes ", l’invasion de l’Afghanistan ou le soutien à l’armée israélienne.

Le réalisateur s’est ainsi trouvé tiraillé entre la détestation d’une certaine Amérique et la nostalgie de sa jeunesse californienne. " Je suis très attaché à mes profs, ceux qui m'ont appris ce métier, il y a 60 ans, en Californie. Et là-bas, à la même époque, j'ai eu des amours... Mais il y a aussi cette rage contre la politique américaine ", explique-t-il. Cette œuvre est donc l’expression d’un double sentiment envers les Etats-Unis.

Le long-métrage est en grande partie autobiographique. " Ce film est pour un tiers du réalisme, un tiers de la fiction et un autre tiers ce que j'aurais aimé être ". Il est le quatrième volet d’une série inspirée de son enfance et de son adolescence comprenant Alexandrie Pourquoi, Alexandrie Encore Et Toujours et Une Histoire Egyptienne.

Youssef Chahine a déjà été critiqué pour son court-métrage dans 11'09''01 September 11, d’où l’hésitation de l’auteur sur le titre de son nouvel opus. On lui avait alors reproché d’encourager la haine. Le metteur en scène de Gare Centrale, La Terre et Le Destin s’en défend et prône la tolérance et le dialogue. Il regrette simplement que le monde soit " entré dans une sauvagerie incroyable ".

M.C.M. avec l’AFP (14 août 2003)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous
Remonter