ABC descend les poubelles

vendredi 21 novembre 2008 - 12:06 | Tournage
Trop c’est trop, ABC en a assez d’être la chaîne dont on rigole parce qu’ils n’ont rien de bien à part Lost. En plus de ça, vu que la qualité n’est pas leur majeure préoccupation, leurs séries ne font pas vraiment recette.

La première série à partir à la morgue est Pushing Daisies. Vendue comme LA merveille, LA série à voir, elle n’a jamais fait de vagues au niveau de l’audience. Il faut dire que faire du Tim Burton à la télé alors qu’on a déjà saigné des yeux au cinéma n’était pas forcément une bonne idée. Les aventures du pâtissier qui touche les gens pour les ramener à la vie et doit les toucher à nouveau pour les tuer pour de bon s’achèveront donc au terme des 13 épisodes de la saison 2.

La deuxième série à se faire abattre d’une balle dans la nuque est Dirty Sexy Money. C’était la série qui marquait le grand retour de Peter Krause, l’acteur principal de Six Feet Under où il passait son temps à faire du jogging ou à écouter déblatérer les victimes qu’il appelait sa famille. Dans Dirty Sexy Money, il jouait le rôle d’un avocat chargé de s’occuper des démêlés divers d’une richissime famille dont tous les membres font des frasques à la Paris Hilton. Ils avaient pourtant un bon casting avec Papa Bauer (Donald Sutherland) et même un Baldwin. Mais bon, c’est facile d’avoir un Baldwin.

La dernière série à se faire éliminer est Eli Stone. Une série sur un avocat ambitieux et insensible, à qui tout réussit, connu pour sa froideur légendaire. Jusque-là ça avait l’air cool mais il commence à avoir des visions qui le rende altruiste et lui font faire le bien autour de lui et il devient une victime. Limite Jésus. On comprend que même les Américains n’aient pas goûté à la blague et aient préféré regarder autre chose. Là aussi, la deuxième saison sera la dernière.

Par contre, ABC a offert à Life On Mars (us) 4 épisodes de plus. Sans doute histoire de faire enrager les puristes de la série originale qui se sont plaints auprès d’Internet, resté sourd à tout ça, sur le bien fondé du remake d’une série qui pourtant était déjà en anglais, il n’y avait pas besoin de sous-titres, ni rien. Les Américains ont du se dire que l’accent anglais c’était pas cool et que délocaliser l’action dans le New York des seventies avec en prime Harvey Keitel allait par contre être beaucoup plus cool. Et c’est vrai en plus.
Pour rendre un dernier hommage aux chères disparues, suivez les liens.

=> Toutes les infos sur Pushing Daisies
=> Toutes les infos sur Dirty Sexy Money
=> Toutes les infos sur Eli Stone

N.L. (Le 21 Novembre 2008 - Avec Series Live)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter