Bathory vampirise les salles obscures praguiennes

Alors que des enfants meurent dans des orphelinats en Roumanie, le film Bathory, un thriller fantastico-historique au budget colossal de 12 millions d’euros, un record pour un film en Europe Centrale, sort en salles à Prague aujourd’hui.

Son réalisateur, le Slovaque Juraj Jakubisko a déclaré après une première internationale mitigée au Festival de Karlovy Vary que « c’est un film qui parle d’amour, d’histoire et d’abus de pouvoir politique ».

Le film relate l’histoire de la comtesse Erzebeth Bathory (1560-1614), soupçonnée d’être un vampire. Selon la légende, elle aurait entretenu son éternelle jeunesse avec le sang de jeunes vierges (dommage pour elle, le botox n’avait pas encore été inventé). On retrouve en toile de fond la guerre dévastatrice entre Hongrois et Turcs, les conflits des seigneurs de Transylvanie et la montée en puissance de la maison Habsbourg.

Joraj Jakubisko, qui explique s’être inspiré du Caravage pour les images, décrit le personnage « comme une femme de la Renaissance détruite par la rumeur ». «On sait peu de choses sur Bathory, mais on sait que le destin des femmes riches et seules n’était pas facile à l’époque » a-t-il déclaré.

Le tournage a eu lieu dans les magnifiques châteaux de la région, avec des centaines de figurants et de riches costumes d’époque. La comtesse aura les traits de l’actrice anglaise Anna Friel. A ses côtés on retrouve l’Italien Franco Nero, l’Ecossais Hans Matheson et le Tchèque Karel Roden.

Cette coproduction tchèque, slovaque, hongroise et britannique, dont les droits ont été achetés par plusieurs pays d’Europe centrale, devrait être diffusée à la télévision en trois parties.

À noter que notre Julie Delpy nationale va réaliser et jouer dans The Countess, sur le même sujet.

S.M. (Le 10 juillet 2008 – Avec AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter