Frank Miller capitaine du Spirit

Frank Miller, le réalisateur des Sin City, évoque son nouveau film The Spirit, qui sortira dans les salles françaises le 4 février 2009, et sa conception de la réalisation.

Le film met en scène The Spirit, un détective masqué considéré comme mort, qui traque les criminels en inventant des punitions toujours plus ingénieuses. C’est Gabriel Macht qui joue le rôle de ce justicier.

Selon Frank Miller, son travail de réalisateur s’apparente à celui d’un capitaine de navire de guerre. Le parallèle est sans doute un peu exagéré mais pour Miller, c’est à lui de guider et de donner des ordres à son équipage de façon à ce que le bateau maintienne son cap.
Au départ, il avait également choisi de mener sa barque seul puisqu’il voulait absolument que le film, adapté d’une bande dessinée de Will Eisner, soit fort et tienne la route. Il explique qu’il fallait préserver pas mal d’éléments et rendre hommage à l’œuvre du scénariste. Seulement, il y avait aussi des choses à éliminer ou à ignorer. Il fallait donc qu’il puisse faire son choix seul, pour ne pas fausser l’œuvre du dessinateur.

Un avis de tempête est venu perturber la route du navire : le réalisateur ne savait que faire d’Ellen Dolan, un « très mauvais personnage ». Il a donc choisi de faire de la fille du commissaire une femme plus forte à l’image d’Elektra, film de 2005. C’est lui qui a créé ce personnage et il insiste bien sur le fait qu’il a commencé sa carrière de dessinateur de BD avec Elektra. Il a donc décidé de faire d’Ellen Dolan un personnage fort et dangereux.
Et lorsqu’il lui a fallu, sur les conseils de la productrice du film Deborah Del Prete, écrire une scène additionnelle qui consistait en un dialogue entre le commissaire Dolan et sa fille Ellen, le réalisateur raconte que celui-ci s’est écrit tout seul, comme par magie, comme si cette scène et la création de la nouvelle Ellen Dolan étaient une évidence.

Franck Miller raconte également sa rencontre avec Sarah Paulson, l’actrice qui incarne Miss Dolan, et se la représente comme une actrice qu’Alfred Hitchcock aurait sans doute repérée, car à l’image de Grace Kelly et Kim Novak : une beauté froide. Elle s’est approprié le personnage d’Ellen Dolan avec dignité et conviction. Cela m’a donné une leçon sur ce que représente le pouvoir féminin, explique-t-il.
Une belle leçon selon lui, et qui prouve en plus que les femmes peuvent totalement faire partie de l’équipage d’un navire de guerre.

C.C-F. (Le 17 mars 2008 – avec lionsgate.com/spirit/)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter