Les comics s'adaptent, s'adaptent, s'adaptent...

Qu’est-ce qui est plus à la mode que le biopic et le remake réunis ? Réponse : l’adaptation au cinéma du comic book sorti tout droit de son placard d’adolescent ! Les studios Marvel donnent le rythme, à savoir, un super héros par an sur grand écran. Ça prolifère, ça marche et ça paye (surtout). Après dix ans de monopole Marvelesque, la concurrence se fait enfin entendre…

Le cri d’espoir provient du réalisateur britannique Guy Ritchie. Après s’être amusé dans la banlieue londonienne (Snatch, Arnaques, Crimes Et Botanique), le confectionneur de gangsters un peu barjots s’intéresse à l’adaptation au cinéma de Sgt. Rock. Financé par son pote producteur Joel Silver, le comic book suit les membres de l’Easy Company pendant la seconde guerre mondiale. Pour faire simple, c’est la guerre, la vraie, celle où l’on tue, celle où l’on meurt.

Platinum Studios, Top Cow Productions et Arclight Films associent talents et argent pour adapter The Witchblade sur grand écran. Créé sur papier par Marc Silvestri, le Witchblade est un gant magique qui confère à celle qui le porte, des pouvoirs extraordinaires. Depuis son apparition et à chaque génération, le gant choisit une élue. En 2000, il jette son dévolu sur Sara Pezzini, lieutenant de la police de New York. Pour le moment, aucun nom n’a été avancé, ni celui du réalisateur, ni celui du scénariste, ni celui de l’actrice. Une chose est sûre, l’heureuse élue aura des formes généreuses et portera des tenues très (très !) courtes. Un argument de vente qui a fait ses preuves.

M. Gr. (Le 27 mai 2008 – Avec RelaxNews)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter