Pour ouvrir l'oeil sur James Bond...

Pourquoi pas un Bond à l’Impérial War Museum de Londres pour découvrir Rien que pour vos yeux, une exposition consacrée à l’agent secret au fameux matricule – 007 pour ne pas le citer – et à son créateur, Ian Fleming ? Plutôt sympa la balade, non ?

Et ne vous méprenez pas les incultes, c’est pas l’inventeur de la pénicilline ce Fleming-ci ! C’était Alexander voyons ! Ian, lui, ne fait pas dans l’antibio ! C’est pas automatique ! Ian était un homme issu de la haute bourgeoisie britannique, étudiant à l’école militaire élitiste de Sandhurst, journaliste à Reuters, puis attaché aux services de renseignements de la Royal Navy pendant la seconde guerre mondiale… Une bonne vie à roman en définitive. Chose faite d’ailleurs en 1952 lorsque paraît « Casino Royal », un livre inspiré de ce qu’il a vu et dans lequel il donne naissance et chair(e) au célèbre James Bond.

« C’était un homme à femmes, il aimait boire, la bonne vie. » souligne Terry Charman, commissaire de l’exposition à propos de Fleming… D’où le sex-appeal légendaire de son héros.

Un tas d’objets, de babioles, de photos, de manuscrits… Une véritable caverne d’Ali Baba est présentée ; comme la chemise ensanglantée de Daniel Craig dans Casino Royale, ou les « chaussures-couteaux » de la méchante soviétique Rosa Klebb dans Bons Baisers De Russie, ou encore le modèle réduit (et, oui faut pas rêver !) de l’Aston Martin…

Allez, je m’arrête là pour les fondus de James. Je ne révèlerai pas tous les secrets de l’agent, au cas où certains fans envisageraient une traversée de la Manche. Mais, si c’est le cas, ne soyez pas trop lents tout de même, l’exposition ferme ses portes le 1er mai.

F.D. (Le 18 avril 2008 - Avec AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter