Stephen Frears revient sur la crise post-Lady Di

Le réalisateur anglais Stephen Frears a décidé de s'attaquer à la monarchie britannique dans The Queen. Un pari osé puisque la famille royale est rarement portée sur grand écran, surtout quant la fiction s'inspire de faits réels. Frears (Les Liaisons Dangereuses, Dirty Pretty Things) revient en effet sur « l'affaire Lady Di » qui a secoué Buckingham au lendemain de la mort de la princesse, le 31 août 1997. Alors que des milliers d'Anglais étaient effondrés, le Premier Ministre Tony Blair et la reine Elizabeth II ont entretenu des rapports plutôt houleux. La reine avait en effet attendu cinq jours pour s'adresser au public, malgré la pression de Tony Blair, suscitant ainsi l'incompréhension de ses sujets. Un détail pour nous, mais une affaire d'état pour les Britanniques…
Le rôle de la souveraine sera porté par Helen Mirren (Mrs Tingle, Calendar Girls) et celui de Tony Blair par Michael Sheen (Une Affaire De Cœur), qui s'était déjà mis dans la peau du premier ministre pour un téléfilm. James Cromwell, qui jouera le prince Philip, époux de la reine, complète ce casting 100% british. Le tournage, qui touche à sa fin, s'est déroulé en Ecosse, à Londres au 10 Downing Street et à Paris.
Produit par Pathé, Granada et Miramax, le film sera à découvrir au second semestre 2006. Parions qu'en touchant à l'un des plus grands mythes anglais, Stephen Frears risque de secouer le box-office et de réveiller les tabloïds de l'autre côté de la Manche.

L.L.G. (22 novembre 2005 - Avec l'AFP)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter