Tony Scott et Denzel Washington en Louisiane pour le premier film post-Katrina

Ultime rebondissement ! Tony Scott va finalement tourner comme prévu son prochain film à la Nouvelle-Orléans, malgré les ravages laissés sur la ville par le passage du cyclone Katrina, en septembre dernier. Intitulé Déjà Vu et produit par Jerry Bruckheimer, cette grosse production avait été mise entre parenthèses, malgré une sortie d'ores et déjà annoncée pour 2006. Reprenons.
Au début du mois, Tony Scott abandonne l'idée de tourner ce thriller à la Nouvelle Orléans, à cause des dégâts matériels causés par le cyclone. Il invoque des raisons purement logistiques et créatives, rappelant que les scènes clés du film nécessitent des docks et un ferry pour décor. Dans la foulée, Denzel Washington, l'acteur vedette du film, commence lui aussi à se rétracter, rappelant qu'il avait accepté le rôle uniquement pour le plaisir de travailler à nouveau avec Tony Scott. Il s'agit en effet de leur troisième collaboration, après les succès de Uss Alabama et Man On Fire.
Les autorités et le Bureau du Film et de la Télévision de Louisiane entrent alors en scène et travaillent de très près avec les producteurs pour garder le tournage dans leur Etat, les assurant de la faisabilité du film et de la reconstruction des docks. Il faut dire que l'enjeu est de taille : le film, signé Walt Disney Pictures, dispose d'un budget de 80 millions de dollars, ce qui en fait un sérieux moyen de venir en aide à la région sinistrée, de booster son économie et de relancer son tourisme. En d'autres termes, de redonner vie à la Louisiane et d'en montrer une image autre que celle de la désolation. Tout est bien qui finit bien, puisque Tony Scott reconsidère les conditions techniques, et prévoit le début du tournage pour janvier 2006, février au plus tard. Le scénario, signé Terry Rossio et Bill Marsilii, envoie un agent du FBI voyager dans le passé pour sauver une jeune femme d'un meurtre. Mais il va en tomber amoureux...

Moralité : c'est le cinéma qui vient à la rescousse d'une région sinistrée… c'est comme ça Hollywood, « the show must go on ».

L.L.G. ( 20 octobre 2005 - Avec Hollywood Reporter)

Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter