Samedi 18/Dimanche 19 Mai : les films présentés à Cannes ce week-end (vidéos)

vendredi 17 mai 2013 - 15:41 | Surlenet
Deeemandez le programme du week-end au 66ème Festival International Du Film De Cannes 2013 !

SAMEDI 18 MAI


Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un psychanalyste et anthropologue étudie le cas de Jimmy Picard, un Indien tourmenté. Une amitié naîtra entre les deux hommes.




Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l’hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste.




Gary est jeune, agile, il apprend vite. Il fait partie de ceux à qui on n’a jamais rien promis. De petits boulots en petits boulots, il est embauché dans une centrale nucléaire.
Là, au plus près des réacteurs, où les doses radioactives sont les plus fortes, il trouve enfin ce qu'il cherchait: de l’argent, une équipe, une famille.
Mais l'équipe, c’est aussi Karole, la femme de Toni dont il tombe amoureux. L'amour interdit et les radiations contaminent lentement Gary. Chaque jour devient une menace.



Monsoon Shootout d'Amit Kumar (Séance Spéciale)

Pendant que les pluies de la mousson s'abattent sur Mumbai, Adi, un jeune policier en mission pour la première fois, doit prendre une décision qui va changer sa vie - il doit décider de tirer ou ne pas tirer. Chaque décision l'entraîne dans un voyage contre le système qui exige un compromis avec sa morale. Chaque choix a un prix.



Bends de Flora Lau (Séance Spéciale)

Les personnages de "Bends" (Guo Jie) et leur histoire évoluent à la frontière entre Hong Kong et Shenzhen, entre la République populaire de Chine et sa "Région administrative spéciale"...
Une complicité inattendue se noue entre Anna, épouse en vue d'un riche homme d'affaires, et son chauffeur Hui. Chacun d'eux doit trouver sa voie dans les relations de plus en plus complexes que Hong Kong entretient avec la Chine continentale.
Tous deux doivent résister aux pressions du monde qui les entoure.
Hui se bat pour obtenir que sa femme puisse accoucher de leur deuxième enfant à Hong Kong : il n'a pas les moyens de payer l'amende "pour deuxième enfant" de la règlementation chinoise. Alors même qu'Anna et lui traversent la frontière quotidiennement sans encombre...
Anna, de son côté, se bat pour maintenir les apparences d'un style de vie et d'un statut social que la disparition de son mari a fait basculer dans le non-droit de la spéculation financière...
Les vies de Anna et de Hui ne se rencontrent que dans un seul endroit : la voiture...



Stop The Pounding Heart de Roberto Minervini (Séance Spéciale)

Fille de fermiers très religieux, Sara et ses onze frères et sœurs suivent de rigoureux préceptes Bibliques. Comme ses sœurs, elle apprend à être une femme pieuse, soumises aux hommes tout en gardant une pureté émotionnelle et physique intacte jusqu'au mariage. Quand Sara rencontre Colby, un jeune cow-boy adepte de rodéo, elle se trouve confrontée à des doutes, remettant en cause le seul mode de vie qu'elle n'ait jamais connu.



DIMANCHE 19 MAI



La vie d’un jeune chanteur de folk dans l’univers musical de Greenwich Village en 1961. Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu’un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien, et affronte des obstacles qui semblent insurmontables - à commencer par ceux qu’il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n’importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu’à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman - avant de retourner là d’où il vient...



Borgman d'Alex Van Warmerdam (Compétition)

Borgman surgit dans les rues tranquilles d’une banlieue cossue, pour sonner à la porte d’une famille bourgeoise. Qui est-il ? Un rêve, un démon, une allégorie, ou l’incarnation bien réelle de nos peurs ?



L'Image Manquante de Rithy Panh (Un Certain Regard)

Il y a tant d'images dans le monde, qu'on croit avoir tout vu. Tout pensé. Depuis des années, je cherche une image qui manque.
Une photographie prise entre 1975 et 1979 par les Khmers rouges, quand ils dirigeaient le Cambodge.
A elle seule, bien sûr, une image ne prouve pas le crime de masse ; mais elle donne à penser ; à méditer. A bâtir l'histoire. Je l'ai cherchée en vain dans les archives, dans les papiers, dans les campagnes de mon pays.
Maintenant je sais : cette image doit manquer ; et je ne la cherchais pas - ne serait-elle pas obscène et sans signification ? Alors je la fabrique. Ce que je vous donne aujourd'hui n'est pas une image, ou la quête d'une seule image, mais l'image d'une quête : celle que permet le cinéma.

Certaines images doivent manquer toujours, toujours être remplacées par d'autres : dans ce mouvement il y a la vie, le combat, la peine et la beauté, la tristesse des visages perdus, la compréhension de ce qui fut ; parfois la noblesse, et même le courage : mais l'oubli, jamais.




Bob et Ruth s’aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu’elle est enceinte. Dés lors, Bob n’aura qu’une obsession : s’échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant.

Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d’un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d’une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l’avenir.



Death March d'Adolfo Alix Jr. (Un Certain regard)

Bataan, Philippines. 1942.
Des milliers de soldats philippins et américains sont contraints de marcher sous un soleil de plomb, en proie aux épidémies, à la famine et aux mauvais traitements infligés par les troupes japonaises, écoeurées.
Au coeur de ce cauchemar, Miguel observe avec horreur les cadavres de soldats lui parler. Alex est victime d’hallucinations et doute de sa propre santé mentale. Roy prend soin de son capitaine américain, blessé, et tente de le maintenir en vie. Quant à Hatori, il semble plus que jamais à la frontière de la réalité, tour à tour ange, soldat, garde et civil.




1975. À Rome, Claude Lanzmann filme Benjamin Murmelstein, le dernier Président du Conseil Juif du ghetto de Theresienstadt, seul « doyen des Juifs »* à n’avoir pas été tué durant la guerre. Rabbin à Vienne, Murmelstein, après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne en 1938, lutta pied à pied avec Eichmann, semaine après semaine, durant sept années, réussissant à faire émigrer 121.000 juifs et à éviter la liquidation du ghetto.

2012. Claude Lanzmann, à 87 ans, met en scène ces entretiens de Rome en revenant à Theresienstadt, la ville « donnée aux juifs par Hitler », « ghetto modèle », ghetto mensonge inventé par Adolf Eichmann pour leurrer le monde. On découvre la personnalité extraordinaire de Benjamin Murmelstein : doué d’une intelligence fascinante et d’un courage certain, d’une mémoire sans pareille, formidable conteur ironique, sardonique et vrai.

Confrontant ces 3 époques, de Nisko à Theresienstadt et de Vienne à Rome, le film éclaire comme jamais auparavant la genèse de la solution finale, summum de la perversité nazie, démasque le vrai visage d’Eichmann et dévoile sans fard les contradictions sauvages des Conseils Juifs.



=> Toutes les infos sur le 66ème Festival International du film de Cannes

E.G. (17 Mai 2013)



Vos avis sur cette actu

Exprimez-vous

A lire sur le même sujet

Remonter